PSP vs Archos 605 : quel est le meilleur baladeur ?

Vidéo : des surprises dans les deux camps

Les menus détaillés de l'Archos 605C’est là que le bât blesse pour le baladeur d’Archos. Dans les faits, le baladeur vidéo est très complet, propose plusieurs fonctions d’affichage et de lecture, et gère un grand nombre de formats. Mais c’est justement au niveau de la gestion des formats que se cache une mauvaise surprise. En effet, l’appareil n’est capable de lire que les formats MPEG-4 et WMV par défaut. Il faut ensuite télécharger des mises à jour payantes (entre 20 et 30 euros) pour pouvoir lire plus de formats vidéo, comme le MPEG-2, le VOB ou encore le H.264. Outre ce gros défaut, la lecture des vidéos est très satisfaisante, notamment grâce à la résolution de l’écran, de 800 x 480. Celui-ci se montre un peu brillant sous les reflets, mais cela reste acceptable.

Des difficultés pour Sony

La coque laquée de la PSP ne rend pas vraiment service à son écran, qui se montre assez brillant et réfléchit la moindre source de lumière, ce qui impose de regarder ses vidéos dans un espace relativement sombre ou en orientant sa console correctement. L’écran propose toutefois quatre niveaux de luminosité.

Au niveau des formats proposés, la console est capable de lire les formats MPEG-4 et H.264. Il faut toutefois noter que lors de nos tests, nous avons constaté que seuls les fichiers au format MP4 sont reconnus par la console, tout le reste étant purement et simplement négligé par la machine. Les autres fonctions proposées sont très classiques et vont de la recherche dans une vidéo au réglage du mode d’affichage en passant par le ralenti. Enfin, l’autre défaut de la PSP vient de la résolution de son écran qui, bien qu’il s’agisse d’un 4,3’’ en 16/9, ne propose qu’une résolution de 480x272, presque la moitié de celui de l’Archos.

Un cheveu d’avance pour l’Archos

Un UMD, le support de stockage de la PSPSur le papier, l’Archos semble donc bien au-dessus de la PSP sur le plan de la vidéo : plus de formats supportés, un écran tactile de meilleure qualité et un large panel de fonctions. Mais on se rend vite compte à l’utilisation que l’Archos souffre de quelques « bridages », dont le plus marquant reste tout de même le fait de devoir acheter des plug-ins pour profiter de tous les formats de fichier proposés.

Enfin, la PSP profite de son catalogue d’UMD vidéo, qui a accompagné la console dès sa sortie. Par ce format, Sony espérait en effet imposer sa console en tant que baladeur vidéo. Malheureusement, les nombreux défauts de ce format (prix élevé, compatible uniquement sur PSP, peu de valeur ajoutée par rapport au DVD ou à un film compressé) ont conduit à de mauvaises ventes, puis à l’arrêt de la production de format pour la vidéo. Il reste néanmoins possible de trouver les derniers exemplaires produits en vente dans le commerce, avant leur disparition.