[Test] Caméra IP : faut-il craquer pour l'Arlo Q de Netgear ?

Netgear s'était distingué l'an dernier avec l’Arlo, une minicaméra étanche et  totalement sans fil, mais nécessitant un boîtier externe. La gamme Arlo accueille aujourd'hui une nouvelle venue, l'Arlo Q, une caméra Wi-fi d'intérieur plus traditionnelle, vendue 219 €. Est-elle à la hauteur de son aînée que la rédaction avait récompensée ?

>>> Lire : Caméra de surveillance IP : quelle est la meilleure ?

Oui, pour sa facilité d'installation

Les caméras Wi-fi ont l'avantage de pouvoir être placées un peu partout à portée du réseau sans fil domestique, mais la configuration du sans-fil est parfois problématique. L'Arlo Q s'est montrée docile pour sa part : l'opération ne prend pas plus de 5 minutes et requiert de renseigner la clé de chiffrement du Wi-fi, d'appuyer sur une touche de synchronisation puis de scanner un QR Code. Netgear a également eu la bonne idée d'ajouter un dispositif de fixation murale et un câble d'alimentation long de 3 mètres, synonyme d'une certaine liberté de placement.

Oui, pour son équipement

Cette caméra est équipée d'un capteur haute définition (1920 x 1080 pixels), d'une optique grand-angle à 130°, d'un microphone, d'un haut-parleur (qui permet d'interpeller quelqu'un à distance si besoin) et de LEDs infrarouges destinées à la vision nocturne. La liste est assez complète, exception faite du logement pour carte mémoire. L'image est propre, la colorimétrie équilibrée et le « bruit » parasite se manifeste peu, même quand la luminosité tend à décliner. Seul bémol : la distorsion optique (effet barillet) due au grand-angle est assez prononcée sur les bords de l'image. Il est à noter que la définition peut être abaissée (720p et en deçà) si la bande passante du signal Wi-fi est insuffisante.

Oui, pour ses nombreuses options

L'application mobile (iOS/Android/Amazon Kindle) dispose non seulement d'une interface agréable et intuitive, hormis quelques textes tronqués ici et là, mais aussi de nombreuses fonctions : déclenchement sur détection sonore et/ou de mouvements, activation en fonction d'un planning ou de la géolocalisation du téléphone, partage d'accès temporaire avec des proches, création de trois zones de détection dans l'image (utile pour exclure le sol et le passage des animaux domestiques, par exemple), etc. Même le service IFTTT (If this then that) est disponible et permet d'associer l'Arlo Q à d'autres objets connectés pour créer des mini-scénarios domotiques. Notre seul grief concerne la notification par email qui n’a jamais daigné fonctionner contrairement aux notifications push.

Oui, pour son stockage en ligne gratuit

C'est la tendance : l'Arlo Q est dépourvue de carte mémoire et les enregistrements des vidéos, en cas de détection de mouvements, sont localisés dans le cloud de Netgear. L’avantage est qu’avec l’Arlo Q, ce service de base est gratuit, alors que d'autres fabricants choisissent de le faire payer. Les enregistrements sont conservés 7 jours avant d'être effacés et peuvent être téléchargés localement. Des options payantes (8,99 €/mois ou 13,99 €/mois) proposent de les conserver 30 ou 60 jours, voire de filmer en continu 24h/24.

Non, à cause de son design

Comme d'autres produits high-tech, les caméras de surveillance gagnent en esthétisme, en témoignent la Security Camera de Myfox ou la Welcome de Netatmo, aux finitions élégantes. La caméra Arlo Q n'a pas bénéficié d'une telle attention. C'est un objet constitué de plastique blanc mat et brillant sans véritable originalité. Pas de quoi bouleverser les amateurs de beaux objets. Cela demeure un sentiment subjectif, une  caméra de surveillance intérieure n'ayant pas non plus vocation à être exposée. 

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire