Avertisseurs de radars : trois solutions pour garder ses points

En pratique : trois systèmes à l’essai

Afin d’expérimenter les différents types d’avertisseurs de radars, nous sommes partis sur un voyage de plus de 1000 kilomètres en embarquant trois appareils. Tout d’abord un GPS basique mais intégrant le signalement des radars, le Garmin Nüvi 200, proposé le plus souvent à moins de 100 euros. Ensuite un avertisseur de radars, l’Inforad K1, disponible à moins de 50€. Et enfin un avertisseur communautaire, le Coyote Mini, affiché au prix de 199€, auquel il faut rajouter 144€ annuels pour profiter du service de mise à jour communautaire.

Testés sur 1 000 Km

Notre parcours s’étendait de la région parisienne à la ville bretonne de Quimper, en empruntant à l’aller les nationales et départementales (N12 essentiellement) et au retour un mélange de petites routes, voies rapides et autoroute. Nos trois appareils fonctionnaient simultanément, chacun avec la version la plus à jour de leur cartographie et de leur liste des radars.