La technologie au service de la performance

Malgré son âge et sa relative confidentialité auprès des médias, l’aviron a comme tout sport de glisse largement recours aux dernières avancées techniques et technologiques. Tout d’abord afin de faire progresser le matériel : recours aux bateaux délaissant le bois pour le carbone, le kevlar et les structures en nid d’abeille depuis le début des années 90, afin d’augmenter le sacro-saint rapport rigidité/poids. Citons également l’arrivée récente des portants (la structure réalisant la fonction entre la pelle et le bateau et permettant de démultiplier la force par effet levier) en carbone et non plus en aluminium, ou encore le recours aux pelles à palettes "H", plus larges, puis plates, afin d’améliorer l’appui dans l’eau et gagner encore quelques dixièmes de secondes, notamment en conditions difficiles (vagues).

Au service de la performance

Mais outre ces améliorations et optimisations du matériel, les dispositifs technologiques permettant d’améliorer le niveau des rameurs ne sont pas en reste. Celui-ci dépend en effet de deux facteurs : inévitablement, sa condition physique d’une part, mais également la qualité de sa technique (son coup d’aviron) d’autre part, cette dernière déterminant le rendement entre l’énergie débauchée par le rameur et sa transformation en vitesse de coque.