[Test] BlackBerry DTek50 : le plus sûr des smartphones Android ?


On se sera beaucoup moqué de l’opportunisme de Blackberry qui renie en partie son propre système d’exploitation Blackberry 10 au profit d’Android pour sortir du rouge. Il n’empêche, avec le BlackBerry DTek50, le constructeur montre qu’en intégrant son expertise en matière de sécurité, il est capable de proposer un smartphone suffisamment différent de l’offre pléthorique. Certes de nombreux points demandent à être améliorés mais c’est un bon point de départ pour les prochains modèles de Blackberry.

Six raisons de craquer (ou pas) pour le BlackBerry DTek50

Oui, pour la sécurité

Le Blackberry Dtek 50 offre le même niveau de sécurité que le Blackberry Priv qui est un modèle plus haut de gamme. Dtek By Blackberry est l’application la plus remarquable et la plus pratique. En quelques secondes on obtient un bilan de la protection globale du smartphone et les actions à prendre pour le sécuriser.

  

La jauge en haut de la page principale de l’application indique le niveau de sécurité du terminal. En dessous une liste d’éléments est affiché avec un code couleur clair : rouge si une action est nécessaire, jaune pour un avertissement et vert si tout va bien. Mais le plus utile se trouve encore dans la rubrique « Apps et permissions » afin de creuser en profondeur et de vérifier les autorisations des apps qui ont été installées et comment celles-ci en font usage.

  

Par exemple, l’app MapMyRun a l’autorisation d’utiliser la position GPS mais également l’appareil photo et les vidéos. Dtek nous a indiqué quand la localisation a été utilisée et pendant combien de temps. Si vous n’êtes pas à l’aise à l’idée d’avoir un app qui utilise la caméra de votre smartphone, Dtek vous autorise à révoquer cette autorisation. Plutôt sympa.

Vous pouvez aussi filtrer les autorisations  pour, par exemple vérifier quels sont les apps qui peuvent utiliser le microphone du téléphone. La sécurité du Dtek ne s’arrête pas là et va même jusqu’à l’écran d’accueil. Plutôt que d’autoriser des widgets à s’afficher et de potentiellement révéler des informations personnelles à quiconque regarde par dessus votre épaule, il faut désormais appuyer sur l’icône pour que le widget apparaisse. Les apps qui disposent de widgets sont clairement indiquées par trois petits points blancs sous leur icône. Et mieux encore, cela permet de gagner de la place à l’écran.

Password Keeper  est une autre application bien pratique. Elle enregistre et encrypte tous vos mots de passe dans un seul endroit. Par ailleurs, même si c’est moins visible, BlackBerry renforcé le noyau Android, et le constructeur prévoit de proposer tous les mois des mises à jour de sécurité du système d’exploitation.

Manque toutefois à l’appel un lecteur d’empreintes digitales. D’après un représentant de Blackberry, cela s’explique par la volonté du constructeur de ne pas dépasser un certain prix. De plus, les sociétés susceptibles de déployer le Dtek 50 en masse n’étaient pas en mesure d’utiliser ce lecteur de manière satisfaisante auprès de tous leurs utilisateurs. 

Enfin, les fonctionnalités de sécurités avancées du Blackberry Dtek 50 ne permettent pas de vérifier si les apps et les emails ne sont pas infectés par un malware. Il faut donc utiliser un logiciel tiers pour s’en assurer.

Oui, pour l’écran

Le Blackberry Dtek 50 est équipé d’un écran de 5,2 pouces en Full HD (1080 x 1920 pixels). Ce n’est pas le mieux défini du moment mais il est à la hauteur de celui du OnePlus 3, du Moto G4 et de l’Alcatel Idol 4. Avec une luminosité de 532 nits, il est bien meilleur que la moyenne (441 nits), faisant jeu égal avec le Honor 5X (529 nits).

  

L’écran du Blackberry Dtek 50 est également bien calibré avec un score Delta-E de 0,57 (plus ce chiffre est proche de 0 mieux c’est). C’est beaucoup mieux que le Honor 5X (3,5), l’Idol 4S (2,68) et le OnePlus 3 (2,9). En revanche l’écran du Dtek 50 pêche au niveau du rendu des couleurs avec seulement 96% du spectre sRGB. Même si ce n’est pas mauvais en soit, c’est toujours moins que la moyenne (137%).

Est-ce important ? Pas forcément. Les uniformes rouge et or explosent l’écran dans la bande-annonce de Star Trek Beyond et Gal Gadot est pratiquement sortie de l’écran dans les extraits du prochain Wonder Woman. L’écran du Blackberry Dtek 50 est suffisamment défini pour afficher les rayures sur son armure et tous les détails de son bouclier.

Non, pour l’appareil photo

L’appareil photo de 13 mégapixels du Dtek 50 est tantôt correct, tantôt médiocre. En intérieur, les couleurs de la photo du chat assis à côté d’un chat en papier, sont fades et on perd des détails dans la fourrure. 

  

En extérieur, même par temps couvert, des trainées lumineuses sont à déplorer dès qu’on oriente l’objectif un peu trop vers le soleil comme vous pouvez le voir sur cette photo d’une fontaine. 

  

En revanche la fleur rose bénéficie d’une bonne définition, on distingue aisément les veines dans les pétales roses.

  

En se rapprochant d’une autre fleur, l’appareil photo du Dtek 50 a réussi à capturer tous les détails de l’image tout en offrant une belle profondeur de champs.

  

Nous avons aussi remarqué que l’objectif se tache facilement et il a fallu le nettoyer très régulièrement pour éviter de prendre des photos floues.

  

Malgré tous les défauts de l’appareil photo, le mode manuel de l’app photo est bien pensé. La partie inférieure regroupe les réglages de la vitesse d’obturation, de l’ISO, de l’autofocus, de la balance des blancs et du temps d’exposition. Sélectionner l’une des options fait apparaître une barre déroulante sur la droite de l’écran. On apprécie donc de pouvoir gérer manuellement les paramètres de l’image ou de choisir un réglage à la fois. Le tout avec une prévisualisation.

Parmi les autres fonctionnalités on note le HDR, les filtres de couleurs et la possibilité de régler la résolution de la vidéo et le nombre d’images par seconde.

Oui, pour le clavier

Un Blackberry sans clavier physique, certains vont crier à l’hérésie. Heureusement le constructeur a mis autant de cœur à concevoir son clavier virtuel que son équivalent physique. A ce titre la saisie prédictive est l’une des fonctionnalités phares du Dtek 50. Le système suggère des mots au fur et à mesure de la frappe et il suffit de faire coulisser celui qui correspond pour écrire un message. Le système évolue au fur et à mesure qu’on utilise le smartphone pour offrir des suggestions plus pertinentes et accélérer la saisie.

  

Un mouvement du doigt vers le bas de l’écran affiche les chiffres tandis qu’un mouvement vers la gauche efface le dernier mot saisi. De quoi vraiment gagner du temps. A moins de se satisfaire de l’encombrant Blackberry Passport, le clavier virtuel du Dtek 50 est un bon compromis.

Non, pour l’autonomie de la batterie

7h31, c’est le temps obtenu par le Dtek 50 à notre test de batterie (Navigation en continue sur Internet en 4G). Le smartphone de Blackberry fait moins bien que la moyenne qui est de 8h46. A titre de comparaison, le Honor 5X a fonctionné pendant 9h22, l’Idol 4S pendant 9h09 et le OnePlus 3 pendant 8h33.

  

On se consolera avec une animation réussie quand on recharge la batterie : la barre qui indique le niveau de progression de la charge grandit et change de couleur passant du rouge au jaune puis au vert. Notez que le Blackberry Dtek 50 est compatible avec la technologie Quick Charge 2.0. Il est donc théoriquement possible de le recharger à moitié en 51 minutes mais le chargeur compatible n’est pas fourni. Dommage.

Oui, pour les performances (même si elles ne sont pas flamboyantes)

Equipé du Snapdragon 617 de Qualcomm, un processeur huit cœurs de milieu de gamme, le BlackBerry DTek50 dispose en outre de 3 Go de mémoire vive et de 16 Go de stockage interne. De quoi assurer au quotidien. On peut rapidement jouer à une partie d’Asphalt 8 ou lancer l’app photo.

Nous n’avons pas été en mesure d’installer Geekbench 3 sur le Dtek 50 mais lors de notre test Vidtrim, il aura fallu huit minutes et 53 secondes  pour convertir une vidéo Full HD de 204 Mo en 480p. C’est une minute et demie de plus que la moyenne avec un smartphone tel que le Honor 5X (7 min 41). L’Idol 4S a été beaucoup plus rapide en 3 min 41 tout comme le OnePlus 3 (3 min 28).

  

En utilisant 3DMark Ice Storm Unlimited, une application qui met la partie graphique à rude épreuve, le Blackberry Dtek ne s’est pas vraiment illustré non plus avec un score de 8368 quand la moyenne est de 14394 points. Cependant le Huawei n’a pas fait mieux avec 7792 points. L’Idol 4S a obtenu un score plus élevé de 17985 tout comme le OnePlus 3 (30491).

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire