Test Blu-ray : Inglorious Bastards, Coraline, Reservoir Dogs, Là-Haut...

Coraline


L’image est d’une qualité impressionnante en 2D. Le piqué est exceptionnel. La palette de couleur choisie est rendue à merveille, la différence entre les deux mondes est vraiment palpable de ce point de vue. Le contraste est également très bon, avec beaucoup de nuances dans les teintes sombres, une qualité indispensable pour un film comme celui-ci. On regrettera juste une animation parfois saccadée, mais c’est là un trait de caractère inhérent à l’animation image par image.

Comme on peut le voir sur la pochette, il est possible de regarder ce film aussi en 3D. Pour ce faire, on dispose de quatre paires de lunettes stéréoscopiques rouge/vert livrées avec le Blu-ray. Très franchement, ce n’est pas une grande réussite. Si vous l’achetez pour la 3D, vous serez déçus. L’image et très sombre, et vers la fin, la fatigue commence à pointer le bout de son nez. C’est plus un gadget qu’autre chose… en attendant une véritable édition en Blu-ray 3D qui ne devrait pas tarder puisque Panasonic offre ce film en 3D avec son plasma idoine.

La piste DTS-HD de la version originale est pour une fois nettement supérieure à la VF en Dolby Digital 5.1. La VO est globalement plus fine, avec un bon mixage des effets sonores par rapport à la voix. Evidemment, si vous le regardez avec vos enfants, il y a de forte chance que la VF s’impose. L’équilibre est un peu moins bon, mais c’est tout de même tout à fait écoutable, rassurez-vous. Vous aurez peut-être envie de redécouvrir ensuite le film en VO et entre adultes.


L’interface du Blu-ray est d’une platitude sans nom. On retrouve le système de menu typique, déjà vu sur le Blu-ray d’Inglorious Basterds. Merci Universal, on se sent vraiment privilégié en achetant le Blu-ray.

Les bonus sont vraiment intéressants, surtout pour ceux qui s’intéressent à l’art de l’animation image par image, véritable anachronisme à l’heure du tout numérique. On y découvre le travail démentiel de l’équipe ainsi que de multiples trucs employés pour recréer des animations tellement poussées que l’on croirait voir de l’image de synthèse.

La scène du jardin est en ce sens une pièce d’anthologie. Vous pouvez passer sur l’interview des gens connus qui font les voix de la VO. Elles ne sont là que parce qu’elles sont connues, et ça se ressent dans les interviews.

Pour ceux qui voudraient se documenter sur l’animation image par image, je ne saurais trop leur conseiller le DVD des noces funèbres (The Corpse Bride) dont les bonus regorgent également d’informations sur le domaine.

Notes
Qualité d'image
8/10
Qualité sonore
8/10
Contenu et interface
8/10

Bilan

Oui assurément. Mais faites tout de même attention à votre panel de téléspectateurs pendant la diffusion. Pas la peine de venir vous plaindre après si le petit dernier préfère les zips aux boutons.