[Test] Brouilleur de téléphone, le gadget interdit

Le déballage

Le contenu de la boîte du brouilleurLe contenu de la boîte du brouilleur

Aisément trouvable sur Internet, le brouilleur que nous avons commandé est vendu sans marque.

À son arrivée à la rédaction, le brouilleur apparaît comme un vulgaire gadget digne du célèbre inspecteur éponyme. Sa boîte contient l’appareil, un adaptateur secteur, un autre pour la voiture et surtout une extension représentant des filtres de cigarettes.

Oui, c’est bien pour être dissimulé dans un paquet de blondes que ce brouilleur a été conçu de cette manière. Un choix esthétique qui manque tout de même de sérieux. Pour aller encore plus loin, son constructeur l’a même dimensionné pour laisser la place à deux vraies cigarettes dans le paquet.

La conception globale n’est pas idéale. Tout en plastique, l’objet craque un peu sous les doigts et son capuchon en fausses cigarettes s’adapte mal sur sa base, laissant percevoir un flottement entre les deux parties. Dès ce moment, on doute de la finition du produit et donc de son efficacité. Côté provenance et sécurité, on a beau retourner l’appareil dans tous les sens, aucun macaron « CE » n’apparaît alors qu’il est obligatoire sur tous les produits vendus en Europe. À sa place, seul un autocollant imprimé « EUR » est apposé sur l’une de ses faces. Une chose est sûre, il n’est pas passé par les services des douanes.

L'étiquette rapidement posée sur le second brouilleur reçuL'étiquette rapidement posée sur le second brouilleur reçu

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
11 commentaires