[Test] Brouilleur de téléphone, le gadget interdit

Impact sur la santé

Les téléphones portables sont pris pour cible depuis des années par des associations qui dénoncent les effets néfastes des ondes. D’ailleurs, depuis mai 2011, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) s’accorde à dire que les ondes électromagnétiques sont « peut-être cancérigènes ». Dès lors, qu’en est-il des brouilleurs d’ondes.

Pour en savoir plus, nous contactons le Criirem (Centre de Recherche et d'Information Indépendant sur les Rayonnements ElectroMagnétiques). Selon eux, le brouilleur représente un danger supérieur à celui du téléphone portable.« Puisqu’il veut brouiller les ondes, il dispose d’un niveau de champ très élevé. Le brouilleur d’ondes est encore plus nocif qu’un téléphone », assure l’organisme.

L’association Priartem (Pour la Réglementation des Implantation d’Antennes Relais de Téléphonie Mobile) est plus laconique sur le sujet. Selon elle, l’être humain est exposé aux mêmes risques avec un brouilleur qu’avec un téléphone, sans plus.

Précisons que les brouilleurs d’ondes autorisés par la loi dans les prisons et établissements pénitentiaires ne sont pas conçus de la même manière que ceux que l’on trouve sur Internet. Ainsi, ils sont équipés de modules supplémentaires qui ne les déclenchent que lorsqu’ils détectent un appel entrant ou sortant dans sa zone de couverture. Cela est censé limiter les émissions d’ondes. Néanmoins, le Criirem avance que, typiquement, dans un cinéma « il y a toujours un spectateur qui essaiera de passer une communication, d’envoyer un message ou qui recevra un appel. Du coup, le brouilleur est toujours en activité durant la séance. »

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
11 commentaires