5 cadres photo testés pour vous

Matériel de qualité...ou pas

Asus a une prise secteur disproportionné !L’Asus présente l’immense atout d’avoir une batterie intégrée, autorisant une heure d’autonomie. Par ailleurs, le UF735 est sans conteste le modèle doté du meilleur pied. Fait de métal, il devrait résister de longues années. Il offre aussi de nombreuses possibilités d’inclinaisons, en mode portrait ou paysage. Le cadre peut lire les clés USB et les cartes xD, MMC, SD, MS et Compact Flash. Pratique, le cable USB est inclus, ce qui n’est pas systématiquement le cas parmi les 5 modèles testés. Côté équipement, le coffret offre simplement une alimentation américaine avec un chargeur. Encombrante, la prise secteur est d’une taille disproportionnée !

Une télécommande pour Telefunken et Sony

Telefunken accompagne son cadre d’une alimentation, d’une télécommande et de lingette pour nettoyer le cadre. Il est d’ailleurs le seul à avoir pensé à ce détail ingénieux. En effet, en manipulant le cadre, on ne peut éviter les traces de doigts... Le produit lit les fichiers JGP ainsi que toutes les cartes mémoires présentes sur le marché. Le pied, en plastique souple, permet une bonne stabilité du cadre.

Sony a bien travaillé son produit qui possède une excellente qualité perçue. Le cadre est fourni avec une télécommande, mais sans câble USB. Une économie dont la marque aurait pu se passer. Le DPF-D70 peut lire les fichiers JPEG et RAW et offre une connexion pour lire les Memory Stick SD, SDHC, MMC, xD et compact flash. Le système de maintien se révèle perfectible. Le pied bouge à partir d’une rotule de fer qui permet peu de liberté pour ajuster l’orientation du cadre.

L’écart de prix se retrouve dans le matériel

un pied peu maniableLe modèle de Kodak se positionne comme le seul cadre multimedia. Il peut lire les vidéo au format mov, avi, mpeg, et mpg, la musique MP3 et bien évidemment les photos jpeg. Son pied permet une bonne stabilité du cadre mais on peut douter de la longévité du système coulissant en plastique souple. Côté accessoires, c’est le néant, hormis l’alimentation.

La différence de prix entre les autres modèles et le Toshiba se révèle lors de l’analyse du matériel. Si le côté face, avec la dalle, est correct, le dos, contenant les slots pour les cartes et la fixation du pied, fait vraiment bon marché. Cette baisse de qualité perçue provient de l’emploi de plastique dur. En revanche, Toshiba n’a pas fait l’impasse sur le câble USB et son modèle permet de lire les cartes SD, xD, MMC, MS, MS Pro et compact flash.

Toshiba ne prend pas son pied...