Un caméscope HD pour l'été ?

Des formats d’enregistrement divers

Le pionnier HDV

Avec l’arrivée de la HD sur le marché grand public des caméscopes, nous avons malheureusement vu fleurir de nouveaux formats d’enregistrement. C’est Sony qui a dégainé en premier lors de la sortie de son premier caméscope dédié aux non professionnels, le HDR-HC1.

Celui-ci utilise en effet le format HDV, tout simplement compressé en MPEG-2. Avantage de ce format, enregistré en l’occurrence sur MiniDV, il est entièrement exploitable sur la très grande majorité de logiciels de montage actuels. Revers de la médaille il demande des configurations très puissantes qui arriveront à manipuler les lourds rushes.

La relève AVCHD

Mais le format MiniDV a tendance à disparaître petit à petit, se faisant naturellement supplanter par des supports bien plus modernes comme le DVD, le disque dur ou la carte-mémoire. Sony et Panasonic ont donc décidé d’unir leurs unités de recherche pour mettre au point le format AVCHD (Advanced Video Codec High Definition).

Contrairement au HDV, l’AVCHD utilise comme compression, le bien plus récent H.264 (un format MPEG-4) qui a l’avantage de prendre moins d’espace que le gourmand HDV. Malheureusement, l’AVCHD est supporté par une minorité de logiciels de montage à l’heure actuelle. Les éditeurs de logiciels doivent donc développer leur compatibilité dans le courant de l’année 2007 pour vraiment être au goût du jour.