Canon EOS 40D : une nouvelle référence de la gamme expert

Le 40D est équipé d'un boitier solideLa première prise en main de l’EOS 40D inspire la confiance. À l’image de son prédécesseur, le 40D est doté d’une coque en alliage de magnésium qui lui confère une robustesse éprouvée. Toutefois, la bague sur laquelle se montent les objectifs n’est pas solidaire de cette enveloppe, contrairement aux boîtiers Nikon par exemple. Néanmoins, les reflex experts doivent être capables de résister à des conditions d’utilisation parfois rigoureuses et les ingénieurs de chez Canon ont bien fait les choses : leur nouvelle création est bien solide !

Une impression renforcée de solidité

Le poids de l’appareil (740g nu) et ses dimensions revues à la hausse (146x108x74 mm) renforcent notre première impression de solidité. Voilà un effort à saluer pour une gamme où le confort de tenue et la stabilité lors de la prise de vue sont deux qualités particulièrement recherchées. La tenue de l’appareil s’avère d’ailleurs particulièrement agréable.

Le dos de l'EOS 40DDétail du Canon EOS 40D

Une finition qui laisse parfois perplexe

Petit bémol tout de même, contrairement à certains de ses concurrents dotés de joints plats de feuillure, tels que le Pentax K10 D ou les Nikon D200-D300, ceux qui sont sensés isoler les trappes du 40D sont constitués d’une mousse bien peu rassurante. Quant aux touches, elles ne font l’objet d’aucune protection particulière. Contrairement aux concurrents cités, le dernier né de chez Canon n’est donc pas doté d’une vraie finition “tous temps”.

Il en va différemment dans le domaine de la protection du capteur. Ainsi, le système d’anti-poussière par microvibrations a non seulement été modifié, mais il est désormais couplé avec une protection antistatique. On a incontestablement affaire à un appareil sûr.