[Test] EOS M3 : enfin un bon hybride chez Canon

Des performances mécaniques de bon niveau

Premier bon point, l’obturateur permet une obturation jusqu’au 1/4000e de seconde, avec une synchronisation-X pour les flashes externes type studio au 1/200e s, des vitesses suffisantes à 99% des usagers. Certes un peu bruyant, le déclenchement de l’EOS M3 a conservé le côté sec des anciens modules mécaniques susceptible de ravir ceux qui, comme nous, n’apprécient que modérément le son un peu faiblard et trainant de certaines obturations électroniques. Dans ce domaine la subjectivité l’emporte et notre impression ne vaut évidemment pas pour tous. 

Sa vélocité par contre n’est pas extraordinaire et plafonne à environ 4 images/seconde là où ses meilleurs concurrents tutoient les 10 i/s.

L’autofocus était le principal point noir de l’EOS M de première génération, son successeur était attendu au tournant, d’autant plus que depuis sa sortie concurrence est loin de s’être tourné les pouces. Canon a donc chois d’équiper le M3 du nouveau module Hybride AF III qui équipe également les boitiers reflex 750/760D. On retrouve donc les bonnes performances déjà constatées sur ces modèles. En effet, doté de 49 points à corrélation de phase et détection de contraste répartis sur 80% du champ horizontal et 70% du champ vertical, il assure un suivi des sujets en mouvement très correct même s’ils sont perdus lorsqu’ils atteignent les zones périphériques de l’image.





Le mode de reconnaissance/suivi des visages est étonnement efficace. Certes, les meilleurs concurrents font un peu mieux, mais ces bons résultats couplés à la possibilité de verrouiller le sujet par simple contact tactile sur l’écran arrière font de l’EOS M3 un appareil efficace dans le suivi de sujets mouvants.

On peut par contre signaler que lorsque la luminosité baisse, l’EOS M3 a du mal a assurer la mise au point. On retrouve alors les effets de pompage caractéristiques des systèmes à détection de contraste.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire