Le comparatif des casques antibruit de 2008

Beats by Dr. Dre : tout en équilibre

Beats by Dr. DreVoilà certainement le casque vedette de l’année pour les audiophiles. Monster, habituel fabricant de câbles vient de réussir un vrai coup marketing en s’adjoignant les services du producteur de hip-hop américain Dr. Dre. Coup marketing ou réussite technique ?

Pendant trois ans, le producteur a ainsi travaillé main dans la main avec Monster, mais aussi Jimmy Iovine, le PDG du label musical Interscope Geffen A&M Records pour concevoir le design sonore de ce casque. Mais avant de parler de son, il faut également s’arrêter sur son design.

Beats by Dr. DreSuperbe pour certain, affreux pour d’autre, le moins que l’on puisse dire est que ce Beats by Dr. Dre ne laisse personne indifférente. Son arceau en plastique noir laqué vient soutenir les deux écouteurs ceinturés de rouge. Difficile tout de même pour les amateurs de ne pas trouver son dessin classieux. Les autres mauvaises langues le qualifieront de « Playskool ».

L’équilibre presque parfait

Une fois installé, on se rend compte que le casque est très confortable. il est rembourré au niveau de son arceau, mais aussi autour de l’oreille (il est de type circum-aural). On peut ainsi le garder de longues heures sur la tête avant qu’il soit incommodant. Concernant le « confort sonore », la réduction de bruit est efficace, mais pas forcément la meilleure du marché. Un léger souffle se fait entendre lors de son activation, qui est d’ailleurs obligatoire pour que le casque délivre du son. Toutefois une fois la musique lancée ce souffle n’est plus du tout audible.

Beats by Dr. DreLa promesse d’un son de qualité est-elle finalement tenue ? La réponse est plus que positive. Le Beats by Dr. Dre est tout simplement une petite merveille d’équilibre sonore. Au premier abord, on pourrait penser qu’il est conçu en priorité pour le hip-hop ou des musiques au son s’en rapprochant (soul, R’n’B ou peut-être jazz), mais ce modèle s’avère finalement à l’aise partout grâce à une répartition des fréquences vraiment réussie. On notera même qu’au final, ce sont les aigus qui tirent le mieux leur jeu, avec une précision excellente. Comme quoi, limiter le hip-hop aux seules basses est réducteur !