Mobiles tactiles : le Nokia 5800 face à ses concurrents

Samsung i900 : dur d'être un tactile

Notre i900 figurait déjà la semaine dernière au sein de notre comparatif de photophones (Un i900 qui cache bien son jeu). Avec son appareil photo 5 mégapixels, il n’avait que peu rougi face à ses concurrents et au FX37 de Panasonic lors d’un usage tourné vers l’exploitation de photos sur le Net. Seule sa colorimétrie nous paraissait alors peu performante. Coté design, nous n’avions pas vraiment aimé le sien, relativement pauvre. Notre avis était le même sur les matériaux employés, notamment le plastique se trouvant au dos de l’appareil, de basse qualité. Mais que vaut alors le reste de ses performances ?

Tournant sous Window Mobile, on peut penser d’emblée à une ergonomie assez rude. Bien heureusement Samsung, comme maintenant une bonne partie de ses concurrents a ajouté une surcouche logicielle à ce système d’exploitation peu orienté grand public. Cela permet notamment de bénéficier d’une interface bien plus soignée et facile à appréhender. Accessible par un bouton situé sur la tranche droite de l’appareil, celle-ci est relativement claire et colorée.

Un raccourci vers Windows Mobile

Malheureusement, celle-ci renvoie très souvent vers la simple fonctionnalité Windows Mobile brute, sans continuité dans l’interface donc. Dommage, car la première est facilement pilotable au doigt tandis que la seconde demande presque toujours l’usage du stylet. Malheureusement, celui-ci n’est pas logé dans l’appareil, mais vient s’y accrocher par une boucle située sur la tranche gauche. Pas vraiment pratique.

Si l’on choisit d’emblée le bureau Windows Mobile, Samsung a tout de même jugé bon d’ajouter une « sidebar » sur la gauche de l’écran dans laquelle se logent divers widgets. Relativement plus pratique pour lancer des applications que de passer par le petit menu Démarrer, pratique sur PC, mais peu adapté aux mobiles. Enfin, l’interface du lecteur multimédia n’est pas non plus bien convaincante.

Au final, ce modèle pèche essentiellement par sa surcouche difficile à utiliser, même si elle apporte tout de même un mieux par rapport à l’interface Windows Mobile par défaut. Dommage, car le téléphone possède de vraies bonnes qualités techniques puisqu’il est même équipé d’un GPS exploité dans notre version d’essai par le logiciel SFR Navigation. Reste donc à Samsung à faire l’effort sur sa faiblesse habituelle : l’interface.