http://media.bestofmicro.com/J/Q/564470/original/Antivirus_gratuit.jpg

Antivirus gratuit : quel est le meilleur en 2016 ?

Avira Antivirus Free 2016 : en manque d’évolutions

5 raisons d'adopter (ou pas) Avira Antivirus Free 2016

Avira semble aujourd’hui davantage focaliser son attention sur les protections mobiles et sur les outils annexes tels que son VPN ou son outil d’optimisation du PC. Preuve en est avec l’antivirus gratuit qui évolue très peu et affiche exactement les mêmes faiblesses et qualités que l’an dernier… Ainsi que la même interface, désormais franchement désuète. Les concurrents ayant, eux, poursuivi leurs efforts et le rythme de leurs évolutions, Avira se sort de ce comparatif avec moins d’honneurs qu’à l’accoutumée. Pas d’inquiétude cependant, la protection reste excellente et les fans de la solution n’ont pas de raison de s’en détourner.

1 - Oui pour son antimalware et son scan

Le scan d’Avira fait référence. C’est son point fort historique avec des taux de détection parmi les meilleurs du marché et ceci, quel que soit l’organisme de tests. Pourtant, en matière de réactivité (capacité à reconnaître des menaces de moins de 24H), Avira fait légèrement moins bien cette année que nombre de ses concurrents, une tendance entamée l’an dernier et qui semble se confirmer sur le long terme. Certes, il n’y a rien d’affolant puisque le moteur de détection des menaces inconnues a gagné en intelligence et en efficacité, rendant moins nécessaire la réactivité du scan de signatures.

2 - Oui pour ses prestations assez complètes

Avira, en version gratuite, ce n’est pas qu’un antimalware. On y trouve une fonction de recherche sécurisée totalement gadget et sans intérêt. Plus probante, l’arrivée d’une fonction VPN, dénommée Phantom VPN, cache vos activités en ligne aux regards inquisiteurs de l’Hadopi et autres organismes d’état. La version gratuite est cependant limitée à 1 Go de transfert par mois, ce qui suffira souvent pour naviguer de façon discrète mais se révèlera trop juste pour réaliser du téléchargement intensif. On trouve également dans l’édition gratuite une fonction « Identity Protection » originale qui ne protège nullement votre identité mais liste les entreprises et services ayant subi des vols d’identités et vérifie si votre adresse email est présente sur les fichiers volés diffusés par les réseaux pirates.
Enfin, on signalera l’arrivée d’un nouveau navigateur sécurisé « Scout Browser » qui se veut la protection ultime pour toutes vos activités en ligne à risque. On reste peu convaincu de l’utilité d’un tel outil et de son adoption par les utilisateurs, néanmoins c’est une protection de plus. Une protection qui se veut supérieure au bouclier « Protection pour navigateurs » également intégré dans l’édition gratuite. Certes, celui-ci n’a jamais voulu s’installer sous IE11 mais en revanche il s’est montré très efficace - sous Chrome (et Firefox) – pour bloquer l’accès aux sites dangereux, aux sites d’arnaques et aux sites de Phishing. 

3 - Oui pour sa console centralisée dans le Cloud

Avira Free 2016 reprend la console Web introduite en 2015. S’il existe une raison d’opter pour Avira plutôt qu’une autre solution, c’est bien cette console centralisée dans le Cloud qui permet de contrôler sur un seul écran l’état des protections de tous vos PC mais aussi de tous vos appareils mobiles. On peut ainsi afficher les derniers rapports d’activité et voir les protections actives ou non sur chacun de ses appareils. Dans un cadre familial, cette console est une bénédiction. Avira montre l’exemple et l’on attend des autres la même capacité à gérer toutes les protections de façon centralisée.

4 - Non parce qu’il peut encore améliorer sa proactivité

Avira a progressé sur nos tests proactifs et donc dans sa capacité à contrer les codes malveillants inconnus. Cependant, certaines petites choses arrivent encore à s’infiltrer, souvent sans conséquences graves. L’intelligence embarquée est encore un peu juste à nos yeux et conserve une marge de progression importante. C’est particulièrement vrai pour la défense antiphishing : alors qu’Avira a stoppé presque tous les Phishings référencés dans les bases internationales, il s’est révélé incapable de bloquer le moindre site factice (PayPal, La Poste, Google Drive, etc.) non référencé nulle part. Autrement dit, leur anti-phishing n’embarque aucune intelligence et c’est bien regrettable.

5 - Non pour un tas de petites raisons frustrantes

Avira 2016 déçoit aussi par plein de petits aspects qui ne sont pas forcément cruciaux mais qui finissent par se montrer irritants, voire frustrants. La publicité est présente sous différentes formes avec par exemple une fonction SpeedUp qui n’est qu’une version d’évaluation limitée à un unique nettoyage. L'installation ne pousse pas de crapwares particuliers ou de produits comme Google Chrome mais vous invite en 5 étapes à acquérir les modules complémentaires que sont le VPN ou encore l'outil d'optimisation du système SpeedUP. Si vous acceptez, vous vous retrouverez avec des versions d’essai qui n'ont guère d'utilité tant qu'on ne s'abonne pas aux services. Certes, au final, cela reste assez discret et l'utilisateur peut sans souci choisir d'ignorer ces installations.
Plus gênants, nous avons rencontré quelques dysfonctionnements applicatifs notamment lors de l’installation des protections annexes (impossible d’installer la protection IE par exemple).

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
1 commentaire
    Votre commentaire
  • JonDol
    Bonjour,

    Le test de Comodo Internet Security (CIS) est un peu n'importe quoi: c'est de loin le meilleur pare-feu et ceci depuis de longues années déjà donc aucune surprise sur le manque de nouveautés en 2016 !

    Pare-feu permissif au départ : ah bon ? C'est sans doute pour ceci que ça prend 10 min de configuration pour faire fonctionner un serveur VNC ou un client bittorrent...

    En mode d'installation avancée on peut choisir à ne pas installer GeekBuddy qui de toute façon peut être désinstallé par la suite, indépendamment de Comodo.

    Impact sur les performances et la stabilité du système: ah bon ? Sa présence est imperceptible sur un PC de 12+ ans, sur mes autres PCs plus récents n'en parlons pas ! Suivez à la lettre le guide de configuration disponible sur le forum de Comodo (en anglais uniquement je crois).

    HIPS désactivé par défaut: c'est parce qu'on peut obtenir un niveau de protection équivalent sans lui. Suivez encore le guide de configuration (pour info, sur mon PC de 12+ ans le HIPS est activé et pourtant ça ne pénalise pas les performances).

    Avez-vous précisé que c'est le seul à offrir une sandbox disponible à toutes les applications (non limité aux explorateurs donc) ? Et ceci sans utiliser le bureau virtuel qui lui nécessite l'installation de Silverlight.

    Si vous aimez la technicité... C'est valable pour toutes les suites de sécurité: le passage par les options avancés est indispensable sinon la suite soit est inefficace soit elle fonctionne mal.

    Et si vous n'aimez pas la technicité, Comodo a aussi un mode apprentissage qui vous posera des questions afin d'apprendre vos habitudes au fur et à mesure. Et si vous n'aimez toujours pas la technicité alors GeekBuddy est votre meilleur ami. C'est aussi grâce au support payant via GeekBuddy que la société se permet d'offrir gratuitement cette extraordinaire suite de sécurité !

    S'il manque quelque chose à CIS c'est un peu d'ergonomie pour supprimer de la configuration des fichiers notés (File Rating) les fichiers qui ne sont plus présents dans le système. A part ceci, que du bonheur avec CIS, depuis 5 ans déjà...

    Cdt
    0