Consoles et jeux culte de notre enfance

Nintendo 64

Après l’avortement du projet PlayStation, Nintendo se trouvait dans l’impasse avec sa Super NES, alors que Sega lançait sa Saturn et que Sony reprenait de son côté le projet abandonné. La firme au plombier italien travaille donc sur un projet qui sortira deux ans après la PlayStation, sous le nom de Nintendo 64. Le principal atout que Nintendo met en avant pour cette machine est sa puissance, puisque la Nintendo 64 est présentée comme deux fois plus puissante que ses concurrentes.

La rivalité Sony / Nintendo débute

Mais voilà, cette différence de puissance n’a pas permis à Nintendo de creuser l’écart face à ses adversaires, qui ont alors près de deux ans d’avance. Mais le japonais ne se laisse pas abattre et abreuve sa console de jeux exclusifs et de très bonne facture, comme Super Mario 64, The Legend of Zelda ou Goldeneye 007.

Christelle Battaia

Mario 64 : encore lui ! Mario est décidément partout, mais que voulez-vous, avec ses aventures pleines de rebondissements et ces personnages loufoques et attachants à la fois, difficile de résister. Notons que c’est les premiers opus en 3D pour notre cher plombier moustachu !

Mario Kart 64 : je ne peux pas évoquer mes souvenirs de la Nintendo 64 sans parler de Mario Kart. Cet épisode est à mon sens le plus réussi de la saga. Bien qu’esthétiquement parlant, le Mario Kart Double Dash sur Game Cube soit plus réussi, il ne surpasse pas son prédécesseur. Du mode contre la montre au battle, en passant par les grands prix, ce jeu est une réussite.

Nicolas Aguila :

Goldeneye 007 : Goldeneye fait partie des jeux qui ont accompagné la console lors de son lancement. En ce qui le concerne, il a surtout accompagné de très nombreuses parties entre amis, tant il s’imposait comme LE jeu indispensable à toute partie sur Nintendo 64. Si la licence James Bond n’est pas étrangère au succès du jeu, il faut surtout souligner la qualité du titre et son plaisir de jeu, tant en solo qu’en multi.

Super Mario 64 : les premières images de Super Mario 64 ont été présentées quelques mois avant la sortie de la console. Déjà, à l’époque, tous les yeux des joueurs brillaient devant la première véritable modélisation de Mario en trois dimensions. Plus de 10 ans après, le jeu n’a rien perdu de sa magie, et impressionne toujours par ses couleurs chatoyantes et sa maniabilité impeccable.

ISS 98 : ou le meilleur moyen de retrouver à peu de frais la véritable ambiance d’un stade dans son salon. Bien avant la folie engendrée par la série des PES, Konami avait déjà prouvé sa maîtrise des jeux de football, notamment avec cet ISS 98 fortement axé sur la Coupe du Monde française. Voilà un incontournable de la console pour tout amateur du ballon rond qui se respecte.

Dimitri Charitsis :

Zelda Ocarina of Time  : Selon l’expression consacrée, il ya des jeux qui valent l’achat d’une console. Ocarina of Time, énième épisode de la saga Zelda (je n’en ai pas manqué un seul) est de ceux-là. L’expression s’est vérifiée pour moi : j’ai dépensé mes économies dans le seul but de parcourir les plaines d’Hyrule à pied et à cheval. Et toutes ces compositions apprises par cœur et sifflées à longueur de journée. L’un des meilleurs Zelda, à tout point de vue.

South Park : les licences les plus célèbres donnent rarement des jeux de qualité. Je ne me voile pas la face, South Park sur N64 n’infirme pas la règle. Mais tout de même, pour les fans de la série, dont je suis, ce FPS complètement loufoque et immoral est un pur bonheur.