Consoles et jeux culte de notre enfance

Atari ST

Avant d’envahir nos salons et nos écrans de télévision, le jeu vidéo se passait sur micro-ordinateurs (ou tout simplement “micro”, pour les intimes). Et parmi eux, l’Atari ST fait certainement partie, avec l’Amiga, de ceux qui ont le plus marqué leur génération. Ici aussi, bien avant les querelles entre plombiers et hérissons, les deux machines se menaient une concurrence sévère, et aujourd’hui encore, chacun a sa machine de prédilection.

L’heure de gloire pour Atari

Les principaux jeux de l’époque, comme c’était souvent le cas, étaient directement tirés de l’arcade pour être adaptés sur micros. Et l’Atari ST a bénéficié de portages plus qu’honorables comme Space Harrier ou Vroom, mais aussi de jeux originaux comme Rick Dangerous.

Jean-Sébastien Zanchi :

Vroom : En 1991, l’excellent éditeur français Lankhor sort sur le vaillant Atari ST un jeu de formule 1 qui va en mettre plein la vue. Vroom est tout simplement une démonstration technique de haut vol. Le rendu de la vitesse est impressionnant, tandis que la maniabilité est un vrai modèle d’ergonomie. Les sons étaient également soignés pour nous plonger dans une ambiance incroyable. Même si le jeu n’avait pas la licence FIA, il proposait tout de même les circuits officiels du Championnat du monde, à une époque où le Grand Prix de France se jouait encore au Castellet.

Les créations Delphine Software & Eric Chahi : impossible ici de ne choisir qu’un seul jeu d’aventure parmi tous ceux créés par l’éditeur et l’un de ses développeurs fétiche. Les voyageurs du temps offrait un scénario extraordinaire à travers toutes les époques. Operation Stealth nous menait dans l’univers de l’espionnage. Another world, œuvre du seul Chahi proposait un univers de science-fiction onirique et une conception technique avancée. Enfin, Croisière pour un cadavre marquait encore le genre avec son personnage 3D évoluant sur un bateau perdu en pleine mer. Des appels à l’aventure et à l’imaginaire comme on n’en fait plus.

Maupiti Island : encore un jeu Lankhor et suite du déjà excellent manoir de Mortevielle, Maupiti Island met à nouveau en scène l’enquêteur Jérôme Lange. Forcé à faire escale sur une l’île de Maupiti à cause d’une tempête, le voilà embarqué dans l’enquête sur la disparition de Marie. Galerie de personnage incroyable, voix digitalisées qui réponse à vos questions, mystères, complots et cachoteries ; tels étaient les ingrédients de cet excellent jeu d’enquête policière.

Nicolas Aguila :

Space Harrier : Sega a porté ses plus gros succès d’arcade sur les micros de l’époque, et bien entendu, l’Atari ST n’a pas échappé à la règle. Dans Space Harrier, vous contrôlez un personnage doté de la capacité de se déplacer en volant. Alors que le sol défile sous vos pieds, il va vous falloir détruire les ennemis et éviter les pièges, le tout à travers les différents niveaux du jeu. Une mention spéciale va à la musique, particulièrement soignée et appropriée.

Golden Axe : voilà un autre grand classique de l’âge d’or de Sega. Golden Axe fait partie de ce qu’on appelle les “Hack’n’Slash”, littéralement “tranchez et découpez”. Après avoir choisi votre personnage, vous allez devoir sauver un village de la destruction, voyager à dos de tortue géante ou encore affronter des morts-vivants, tout cela pour mettre fin au règne tyrannique du seigneur Death Adder.