[Test] Disney Infinity : on craque ou pas ?

Ce qu’il y a de bien chez Disney, c’est qu’ils ont toujours le nez fin. Voyant le succès financier de Skylanders, les têtes pensantes de la bande à Mickey ont dû se dire : « tiens, et si on faisait pareil, en reprenant quelques-uns de nos personnages les plus récents et les plus emblématiques ? Entre Cars, Pirates des Caraïbes, Les Indestructibles ou Monstres et Cie, on n’a que l’embarras du choix ». Disney Infinity reprend du coup les mêmes ingrédients que ceux qui ont fait le succès de Skylanders : on évolue dans un jeu mêlant action et aventure, et il faut acquérir moyennant finance des petites figurines à placer sur un socle, figurines qui permettent d’accroître l’intérêt du jeu de manière exponentielle. Mais quand on connaît les incroyables ressources dont dispose Disney en matière d’univers, de décors et de personnages, on se dit que le résultat peut être réellement intéressant et innovant, et qu’il devrait sans peine se détacher de Skylanders. Alors, mission réussie ? Réponses ci-dessous.

Parce que la réalisation est impeccable (au début, du moins)

Dès les premières secondes de jeu, on est littéralement plongé dans un univers féérique que l’on reconnaîtrait entre mille. C’est beau, on en prend plein les mirettes, et de nombreux décors se mettent en place au fil du petit didacticiel qui permet de mieux prendre en main Disney Infinity. Au moins, la réalisation de la première séquence n’est pas bâclée. Les choses se gâtent néanmoins par la suite, car on se retrouve finalement devant des décors et des personnages qui auraient mérité davantage de soin. Le jeu aurait probablement séduit s’il était sorti en même temps que la Xbox 360 ou la PS3, en 2005 et 2006. Aujourd’hui, sans être totalement dépassé, on est en droit d'attendre davantage de ce type de jeu. À moins qu’il ne s’agisse d’un parti pris, pour satisfaire les plus nostalgiques (fausse bonne idée) ?

Parce qu’on a du mal à identifier le joueur concerné

Retrouver les personnages de l’univers Disney, c’est génial pour les plus petits. Sauf que Disney Infinity ne s’adresse pas à eux à en priorité. Certes, on y croise bien Mickey, Flash McQueen (Cars) ou encore Raiponce, mais on y trouve aussi des personnages pour les « plus grands », comme Jack Skellington (L’Étrange Noël de monsieur Jack), ou encore Jack Sparrow et son redoutable ennemi Davy Jones (Pirates des Caraïbes). Et pourtant, les décors colorés et les ritournelles enfantines n’ont de cesse de nous rappeler qu’il s’agit bien d’une production Disney. Alors à quelle tranche d’âge s’adresse Disney Infinity ? On cherche encore…

Parce qu’on ne sait pas vraiment quoi faire, ni comment

Dans Disney Infinity, il faut bien s’imprégner des règles de jeu. Faute de quoi, on s’ennuie ferme. Les plus jeunes (moins de 10 ans) seront vite largués, car il est indispensable de bien suivre le déroulé et lire toutes les indications à l’écran. Fort heureusement, on peut toujours se rabattre du côté des petits jeux d’action : une sorte de FPS/paintball, une course de voiture qui n’est pas sans rappeler Mario Kart, etc. Mais on en a vite fait le tour, car ils ne constituent pas l’essentiel de Disney Infinity. Non, car dans ce jeu, il faut surtout construire son propre environnement via la Toy Box, et faire interagir différents objets entre eux. C’est compliqué, et pas toujours bien amené.


Parce que profiter de figurines supplémentaires c’est bien, mais ce n’est pas gratuit

Compléments indispensables au jeu, les figurines alourdissent significativement la facture. Comptez environ 12 euros pour acquérir une figurine individuelle, et entre 25 et 30 euros le pack de trois. Contrairement à Skylanders, dont les figurines se négocient à moins de 10 euros grâce aux promotions récurrentes, jouer à Disney Infinity n’est pas donné. À moins d’attendre que le jeu devienne plus populaire et que les prix baissent en conséquence ? La bonne nouvelle pour notre portefeuille, c’est que pour l’instant, des figurines, il n’en existe qu’une quinzaine, ce qui limite les frais.

Verdict : Disney tente de faire de l’ombre à Activision et son jeu vidéo / de plateau Skylanders... Mais ce n’est pas une réussite. Si Disney Infinity a quelques qualités (la séquence d’intro, les petites phases d’action au gameplay agréable), elles ne sont pas assez nombreuses. Le résultat est brouillon et on ne prend pas assez de plaisir, quel que soit l’âge auquel on y joue. Enfin, sa durée de vie est très limitée. Et même si Disney a d’ores et déjà prévu de réaliser d’autres packs pour la fin de l’année (Mickey, la Reine des Neiges…), rien ne garantit que l’aventure soit prolongée dans de meilleures conditions. Bref, si l’idée de départ est plutôt bonne, elle est finalement gâchée.

Note : 2,5/5

Disney Infinity est disponible sur PlayStation 3, Xbox 360, Wii, Wii U et 3DS (testé ici sur Xbox 360).

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire