L'escrime en Bluetooth pour les Jeux Olympiques

La vidéo depuis 2006

Si un doute subsiste, malgré le système de touche électrique, l’arbitre peut également compter sur la vidéo, mise en place par la fédération internationale d’escrime depuis 2006. Une caméra suit en permanence l’action. Les tireurs peuvent également demander à deux reprises au cours du match une confirmation visuelle. Si la demande s’avère justifiée, le nombre de demandes reste inchangé.

Un jugement "humain" qui a tout de même son importance

« Ce système est une évolution et une révolution, assure Christian Peeters Mais il ne faut pas faire toujours référence à la vidéo, et en abuser à chaque touche litigieuse, sinon le jugement "humain" n’a plus lieu d’être. Par ailleurs, il faut que la transmission de l’image puisse se faire aussi se fasse instantanément, car les ralentis peuvent donner une fausse image de la phrase d’armes, qui est alors interrompue. »