Forza Horizon 2 : on craque ou pas ?



Nouveau Killer Game pour la Xbox One, qui fêtera bientôt sa première année d’existence, Forza Horizon 2 fait son retour en version « next gen ». Cette série se démarque de la lignée principale des Forza par la possibilité d’explorer un monde ouvert au volant de belles carrosseries, et un gameplay moins exigeant. Ce deuxième épisode arrive donc plein de promesses en plein mondial de l’auto.

Comme pour le premier épisode, Forza Horizon 2 ne perd que peu de temps en palabres et en explications longuettes, ici, après une superbe vidéo présentant l’univers du jeu, on est immédiatement lancé au volant d’une voiture afin de se familiariser avec les contrôles. On se balade donc sur les côtes méditerranéennes entre l’Italie et la France pendant le Festival Horizon, qui nous proposera de prendre part à de nombreuses courses et de relever différents défis.


Oui : Pour l’Open World très réussi

Comme pour le premier épisode, sorti en 2011 sur Xbox 360, le concept de l’Open World dans un jeu de course fait mouche. Il permet de se passer de la plupart des menus : pour lancer une nouvelle course, vous conduisez simplement jusqu’à son point de départ et confirmez que vous souhaitez participer, c’est aussi simple que cela. Cela permet de ne pas trop limiter le joueur dans les zones à explorer, voire l’y encourage : le jeu vous indique dès le départ qu’il y a plus de 300 routes à découvrir, et vous incite à toutes les prendre. De quoi passer de longues heures à parcourir les routes virtuelles sur vos consoles.

Oui : Pour les graphismes et l’ambiance

À cela s’ajoute une ambiance qui fait une grande partie de la force du jeu. Après quelques heures, c’est un véritable plaisir de pousser les limites de sa Ferrari sur les routes de la Côte d'Azur, en admirant les réverbérations du soleil sur la carrosserie et en profitant des différentes stations de radio. Forza Horizon 2 parvient à créer une ambiance vraiment plaisante, qui donne envie de continuer à parcourir les différentes routes proposées par le jeu. Le souci du détail va jusque dans les petites subtilités de conduite induites par le climat, qui rendra votre voiture moins facile à contrôler sous la pluie ou route mouillée, mais qui apportera incontestablement un plus au plaisir de jeu.

Oui : Pour le contenu gargantuesque

Nous l’avons vu, le jeu propose plus de 300 routes à parcourir, reliant les villes du jeu : 3 en Italie (Castelletto, Montellino et San Giovanni), et trois en France (Nice, Sisteron et Saint-Martin). Chacune de ces villes propose plusieurs courses bien à elle, et permet de s’essayer à de très nombreux défis. Et de ce côté, les maniaques de la complétion à 100% ne seront pas déçus : on trouve une multitude d’épreuves facultatives, mais très fun : faire la course avec des avions, atteindre l’arrivée avant le coucher du soleil, maintenir sa vitesse le plus longtemps possible sur une route, etc. Le contenu est assez gargantuesque, et pour couronner le tout, on retrouve un choix très varié de voitures (près de 200 véhicules au total), proposant chacune ses spécificités. 

Oui : Pour le online bien intégré

Nous l’avons vu, le contenu proposé par le jeu est déjà immense, et promet de longues heures de jeu aux fans du genre. Mais l’expérience peut encore être poussée plus loin grâce aux fonctions en ligne, qui vous permettent de défier n’importe quel joueur. En effet, en vous promenant au hasard des différentes routes du jeu, vous croiserez régulièrement des « Drivatars », c’est à dire des voitures représentant des joueurs adverses. Une simple pression sur un bouton alors que vous le dépassez, et vous vous retrouvez à faire la course contre un inconnu. Notons également la possibilité d’inviter ses amis dans sa propre partie, et ainsi de parcourir ensemble la carte ou de participer aux différentes courses. Autant de fonctions proprement intégrées, et qui feraient presque oublier l’impossibilité de jouer à deux en local.

Oui : Pour la jouabilité agréable


Contrairement à Forza Motorsport 5, sorti l’an dernier sur Xbox One, ce Forza Horizon 2 prend le parti de proposer une conduite moins proche de la simulation et plus axée sur la recherche du fun. Les sensations de vitesses sont donc beaucoup plus grisantes, et freiner un peu trop tard ou prendre un virage trop serré s’avère beaucoup moins punitif dans cet épisode. D’ailleurs, même si vous avez complètement raté votre virage et que vos pneus mangent de l’herbe, une simple pression sur la touche Y vous permet de revenir en arrière et de tenter de mieux négocier votre courbe. Pour autant, l’aspect simulation n’est pas totalement négligé dans cet opus, et il est même possible de pousser assez loin la personnalisation de votre voiture. Ainsi, si les termes « barres antiroulis », « carrossage négatif » et « rapport de démultiplication » vous sont familiers, vous aurez également de quoi faire dans Forza Horizon 2.


Forza Horizon 2

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire