[Test] Gotway MCM4 V2 HS : faut-il craquer pour la roue électrique ?

Vous les croisez de plus en plus dans les rues, et sur les trottoirs. Les roues électriques ou gyroroues connaissent un engouement croissant. Plus compactes que les trottinettes électriques, elles sont aussi plus maniables, plus puissantes et disposent d’une meilleure autonomie. A contrario, elles sont plus difficiles à appréhender et demandent une formation, voire quelques jours d’entrainement pour être correctement maniées. Nous avons testé l’une des références du marché : avec la Ninebot et Solowheel, Gotway est une des références du secteur et sa MCM4 l’un des modèles les plus appréciés des « wheelers ». Et pour les autres ? Ceux qui souhaitent se lancer sur une roue électrique, faut-il craquer pour la gyroroue de Gotway ? 


Note de la rédaction
 
: un grand merci au magasin eRoue, à Paris, qui a mis à notre disposition la MCM4 de Gotway mais aussi à son personnel qualifié, qui a pris sur son temps pour nous prodiguer de précieux conseils.



Oui – Parce que c’est un petit format qui a du peps

Il y a une grande variété de tailles de roues électriques (de 12 à 18 pouces pour l’essentiel d’entre elles). Dans cette bataille des formats la MCM4 de Gotway se place un peu en dessous de la moyenne, sur 14 pouces. Ainsi, elle peut légèrement réduire son poids et gagner en agilité. Pour autant, elle ne rechigne pas sur la puissance : un moteur de 1800W et une vitesse de pointe qui peut atteindre 25km/h (dans les faits, et après un quelques manipulations sur l’application Android, cette limite peut être repoussée à 32km/h). Sur la roue, le rapport poids/puissance est très appréciable, en revanche lorsqu’il faut la porter à la main, ses 12,5 kg se rappellent à son propriétaire. L’achat d’un trolley devient donc indispensable.

Oui – Pour son design très soigné

Il a beaucoup été reproché à Gotway d’avoir trouvé son inspiration du côté de Ninebot. Ces querelles d’initiés importent peu au final et force est de constater que la petite Gotway fait partie des jolis modèles de gyroroue (qui peuvent vite s’avérer très vilains). Sa forme ovale, presque en œuf, la distingue légèrement d’une Ninebot One tout en rondeur. Les leds lumineuses sont placées sur la tranche et sont réglables pour un effet « kikoo » maximal. Enfin, la petite fonctionnalité surprise se trouve juste à côté du bouton d’allumage avec un port USB qui permet de recharger son smartphone par exemple. Au final, la roue s’avère relativement élégante et bien finie.

Non – Parce qu’elle est déjà un peu à la traine techniquement 

Le marché des gyroroues est très jeune, son évolution constante et, par conséquent, les modèles qui font référence quelques mois se voient vite talonnés par de nouveaux prétendants. Si matériellement la MCM4 n’a pas grand chose à se reprocher, elle souffre néanmoins de la comparaison face aux tous derniers modèles mieux équipés. En effet les dernières roues comme la Ninebot One S2, ou même le tout dernier Gotway, l’ACM16 proposent des fonctionnalités plus poussées comme la présence d’un phare lumineux, un coupe-circuit qui éteint la roue automatiquement lorsqu’elle est portée, voire même un trolley intégré comme sur les dernières KingSong. Si au moment de la sortie de la MCM4 ces fonctionnalités n’étaient pas encore répandues, ce n’est plus le cas aujourd’hui, et malheureusement le prix de la roue, lui, n’a pas baissé. 

Oui – Parce que c’est un plaisir à conduire

L'application GotwayL'application Gotway

La conduite de la Gotway MCM4 s’avère très agréable. Assez nerveuse au démarrage, elle devient très souple est très maniable, une fois qu’on a compris comment bien positionner ses pieds sur les cale-pieds. Le constructeur propose trois modes de conduite réglables via l’application : puissant / confortable / facile. Notre préférence va au premier qui rend la roue pêchue et réactive sans compromis sur la conduite coulée qu’elle propose. Deux bémols néanmoins : les cale-pieds son positionnés assez bas sur la roue ce qui peut poser problème sur quelques virages serrés ou au passage d’obstacles. Avec le temps, la conduite s’adapte mais c’est au prix de quelques râpages et autres petites frayeurs pas nécessaires. Enfin, la roue émet une alerte sonore dès que l’on approche de la vitesse maximale autorisée, deux bips à 23km/h suivis d’une série de bips tant qu’on a pas réduit sa vitesse. C’est franchement pénible, mais heureusement réglable via l'application. 

>>> Lire : Trottinette électrique, Gyroroue ? Comment acheter ? quel modèle choisir ?

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire