Test du GPS Navigon 7110

Options et fonctions

Si il y a une chose que l’on ne peut pas reprocher au Navigon 7110, c’est le nombre de ses points d’intérêt. Il s’agit d’un GPS urbain avant tout, donc ne penser pas à l’utiliser comme source d’information pour une randonnée. Excepté ceci, il est ultra complet. 2 millions de points d’intérêt sont proposés, divisés en 26 familles différentes. Du restaurant au parking en passant par les hôtels, il y en a pour tous les goûts. Les sportifs trouveront les installations leur permettant de pratiquer. Chaque famille est divisée en sous catégories. Les restaurants deviennent restauration rapide, restaurant italien, français, chinois. Difficile de le prendre en défaut sur ce point là, on a vraiment l’impression d’avoir accès aux services de renseignements dans son GPS.

Fonction mains libres.

Il est possible de connecter le GPS à un téléphone ou à un autre appareil via une connexion Bluetooth. On peut ainsi échanger directement des données. On peut taper directement un numéro de téléphone sur le GPS ou sur le clavier de son téléphone. Dommage que le répertoire du téléphone ne soit pas consultable directement sur le GPS. La synchronisation avec le téléphone est bonne, le son correct bien qu’assez bas. Cependant, cela dépanne parfaitement. Attention, il faudra resynchroniser le Navigon avec le téléphone dès que le GPS est mis hors tension.

Pas de multimédia

L’appareil ne lit pas la musique et ne permet pas de regarder de vidéo mais est quand même reconnu comme un lecteur de disque externe par l’ordinateur. En revanche, il propose d’augmenter le volume sonore des indications en cas d’augmentation de la vitesse. En revanche, pas de synthèse vocale, les noms des rues ne sont pas épelés. Un simple « Vous êtes arrivé à destination » vient terminer le parcours.

Un module TMC

Le module TMC, info trafic est fourni directement avec l’appareil. Il se branche sur la prise Jack et fonctionne correctement. Il est possible de demander au GPS de tenir compte ou pas des informations fournies par l’info trafic. Celles-ci s’affichent dans une fenêtre spéciale d’informations ou directement sur la carte (travaux, déviation, bouchons). Le réglage s’effectue en quelques secondes, on peut ainsi faire un scan des fréquences radios, laisser en automatique ou demander au Navigon de garder une fréquence en cas de déplacement. Le résultat permet d’éviter de nombreux problèmes mais ne permet pas d’éviter les bouchons un jour de grève par exemple (en même temps, il aurait fallu une option téléportation).

Bien qu’il soit possible de calibrer l’écran tactile, la saisie d’avère rapidement pénible et compliquée à mains nues. Heureusement un stylet est fourni, celui-ci tout, bien que tout petit simplifie vraiment la saisie des informations.

Il faut bien appuyer sur l’écran et ne pas enlever son doigt trop vite sinon l’appareil n’a pas le temps d’enregistrer les informations.

Dommage que le clavier virtuel et l’affichage des infos à l’écran ne soit pas un poil plus gros, car il est parfois compliqué de tout suivre. En voiture, l’utilisation s’avère donc problématique.

Enfin, nous terminerons sur une note positive, l’autonomie de l’appareil tourne autour des deux heures en utilisation normale, ce qui situe le Navigon dans la fourchette haute des GPS.