Ex-hackers, ils ont vendu leur âme au diable

Kevin Mitnick

Kevin Mitnick est très certainement le hacker le plus célèbre de son époque, notamment parce qu’il est parvenu à être le plus recherché par le FBI. Il a été très actif dans les années 80 et le début des années 90.


Ses premiers actes connus consistent en une intrusion dans les centraux téléphoniques de Pacific Bell, où il a pu détourner des appels et accéder à la base de données de la compagnie. Il ne s’arrêtera évidemment pas là, puisqu’il recommencera à détourner des lignes téléphoniques malgré une première condamnation. Il va également voler du code source et mener plusieurs attaques sur différents réseaux avant de se faire piéger par un de ses amis, qui va le faire arrêter par le FBI. Il fera 8 mois de prison avant de sortir en 1989, et se trouve un travail de détective. Tout semble s’être calmé pour lui, mais trois ans plus tard, un nouveau mandat d’arrêt est émis contre lui : il est accusé d’avoir enfreint les clauses de sa mise à l’épreuve, en s’introduisant dans le réseau d’une société de télécommunications. Se sachant recherché, Mitnick se met à fuir et déclenchera une chasse à l’homme à travers le pays qui durera plus de deux ans.


Le procès de Mitnick conduira à sa condamnation à 5 ans de prison, pour sept chefs d’accusation. Depuis sa sortie de prison, Kevin Mitnick a mis fin à ses activités illégales, et est devenu consultant en sécurité informatique. Il écrira notamment en 2002 un livre nommé « L’art de la supercherie », dans lequel il parle d’ingénierie sociale et raconte ses expériences personnelles.