Ces objets high tech que nos enfants ne connaîtront jamais

Le vidéoclub et ses cassettes


C’est un coup de semonce pour l’industrie de la location de vidéos. La firme américaine Blockbuster a fermé 200 boutiques (sur 3750 au total) sur son territoire en 2009. Son porte-parole, Randy Hargrove, déclare que 960 autres fermetures devraient suivre dans les prochains mois. Dématérialisation et piratage sont passés par là.

Aujourd’hui, la vidéo à la demande à commander sur son téléviseur depuis son canapé renvoie le vidéoclub à l’âge de pierre. Video Futur, grand acteur de la location en France, explique que pour son cas « la location de DVD a été divisée par deux en 18 mois. Néanmoins, le format physique ne disparaît pas, il migre vers le Blu-ray. » À ce sujet, Eric Tereszkiewicz, directeur marketing de Video Futur, explique que « la VOD ne peut pas tout rafler. Le Blu-ray offre une qualité bien supérieure dont les débits ne peuvent pas passer par les connexions Internet actuelles. Un Blu-ray a un débit d’encodage de 18 Mbit par seconde contre 6 Mbit par seconde pour de la VOD en Haute Définition. » Au final, le vidéoclub pourrait se spécialiser dans le Blu-ray… tant que les débits ne permettront pas d’obtenir ce niveau de qualité sans se déplacer.