Ces objets high tech que nos enfants ne connaîtront jamais

La disquette


Inventée par IBM en 1971, la disquette remplaça les cartes perforées. Dans sa première version, son disque magnétique mesurait 8 pouces de diamètre. Elle pouvait alors contenir 80 000 caractères (80 Ko), soit une journée de travail d’une opératrice de saisie. Utilisée dans le domaine professionnel tout d’abord, elle se démocratise sur le marché grand public avec sa version 5“ 1/4 (360 Ko/1,2 Mo). C’est elle qui sonnera le glas des lecteurs K7 dans les ordinateurs en plein eighties. Enfin, la troisième génération rencontre son succès avec le Macintosh en 1984.

Apple avait alors choisi ce format de 3“ 1/2 de Sony pour son Mac. Utilisée en version 720 Ko sur cette machine, elle sera largement distribuée à partir de 1989 en 1,44 Mo et jusqu’à l’avènement du CD-ROM et de la clé USB. Notons qu’une version 2,88 Mo n’a pas réussi à s’imposer. Quelques modèles exotiques de disquettes ont jalonné les années 80 et 90. On en retiendra le modèle de 3“ porté par Amstrad dans ses CPC ainsi que le disque Zip de Iomega. Lancé en 1994, il permettait de stocker jusqu’à 750 Mo de données. La clé USB eut raison de lui.