[Test] HTC 10 : retour dans la cour des grands ?

5 raisons de craquer (ou pas) pour le HTC 10

Après avoir divisé ses smartphones hauts de gamme en deux parties distinctes avec les HTC One M9 et One A9, le constructeur taïwanais semble se reprendre avec un nouveau smartphone fusionnant les lignes de ses deux prédécesseurs. Positionné très haut de gamme avec un tarif de 750 euros, le smartphone est aussi doté des meilleurs composants pour son processeur, mais aussi d’un capteur d’empreintes digitales, d’un port USB Type-C, de deux capteurs photo performants et d’un écran offrant une résolution confortable de 564 pixels par pouce (ppp). Mais au final, peut-il vraiment faire oublier ses concurrents sur Android comme le Galaxy S7, le LG G5 ou le Huawei P9 ? Le nouveau HTC 10 vaut-il ses 750 euros ?


>>> Lire : Comparatif : quels sont les meilleurs smartphones ?

Non pour son design passe-partout

Le HTC 10 reprend les grandes lignes des One M9 et One A9, notamment du point de vue du design. À l’arrière, on découvre un dos arrondi, semblable à celui du HTC One M9. Très confortable à prendre en main, il n’affiche que le logo HTC avec le capteur photo arrière et le flash. En façade, le HTC 10 ressemble davantage au One A9 avec un seul haut-parleur visible au-dessus de l’écran, l’autre étant situé sur la tranche inférieure comme l’iPhone 6s. En dessous de l’écran, on retrouve également un bouton central faisant office de capteur d’empreintes digitales, comme pour le A9, mais aussi le Samsung Galaxy S7 ou l’iPhone 6s.

Finalement, même si la prise en main est très confortable, notamment grâce au dos bombé, le HTC 10 laisse une impression mitigée. Il est certes unique, mais ressemble en fait à tous les autres smartphones. Apple a le mérite d’avoir codifié le design des smartphones modernes. Avec ses Galaxy S6 Edge, Samsung a apporté de l’originalité avec des bords à écran incurvé. Avec le G5, LG propose un module. Avec le P9, Huawei propose un smartphone fin et bien fini. Finalement, le HTC 10 n’est rien de tout ça et ne parvient pas réellement à se différencier de ses concurrents.

Certes, HTC a introduit des bords biseautés à l’arrière pour jouer sur la lumière, mais l’épaisseur du smartphone (9 mm) en fait l’un des plus épais de la génération actuelle d’appareils hauts de gamme, devant même le LG G5. L'épaisseur, ça n’est pas vraiment la caractéristique que l’on recherche sur un smartphone haut de gamme.

Oui pour son excellent écran

Comme chez la plupart de ses concurrents, une nouvelle génération de smartphone se caractérise pour HTC par un écran plus grand. Des 5 pouces de ses prédécesseurs, le HTC 10 est donc passé à un écran de 5,2 pouces. Un choix plutôt d’autant plus confortable que l’écran occupe plus de 71 % de la surface du smartphone.

Par ailleurs, en matière de qualité d’image, HTC a opté pour un écran de 2560 pixels par 1440. Une définition impressionnante pour un écran de 5,2 pouces qui rend les pixels imperceptibles à l’œil nu. À titre indicatif, le HTC propose donc une résolution de 564 pixels par pouce (ppp), contre 576 pour le Samsung Galaxy S7 ou 326 pour l’iPhone 6s. On considère généralement que les pixels deviennent imperceptibles à l’œil nu à 35 cm de distance à partir de 409 ppp. Avec 564 ppp, le HTC 10 prend donc de la marge et propose une résolution pour le moins efficace.

>>> Écrans de smartphones : ces pixels qui ne servent à rien

Le choix du LCD par HTC plutôt que l’AMOLED permet également d’offrir une image aux couleurs équilibrées. Si la balance des blancs tend très légèrement vers le bleu, les couleurs sont dans l’ensemble respectées. Revers de la médaille en revanche, l’écran manque de contraste, et les noirs ne s’afficheront pas vraiment noirs en situation de faible luminosité, la faute à un rétroéclairage actif en permanence, contrairement à l’AMOLED.  

Oui pour son interface épurée

Depuis le HTC Hero sorti en 2009, la firme taïwanaise, comme la plupart de ses concurrents, a pris l’habitude d’ajouter une surcouche, baptisée Sense, à l’interface Android classique sur tous ses smartphones. Les surcouches viennent remplacer l’interface Android dite classique, celle des Nexus, dans la plupart des écrans du système. Ainsi, une surcouche offre généralement un autre écran d’accueil, mais aussi un autre lanceur d’application, un autre écran de paramètres ou un autre écran de paramètres rapides.

>>> HTC 10 : nos premières impressions sur le nouveau smartphone

De plus en plus, les constructeurs tendent cependant à alléger leurs surcouches, à les rendre plus lumineuses avec des icônes moins flashy. Un choix fait en réponse aux utilisateurs de smartphones Android chez qui les surcouches ont pour le moins mauvaise presse. Si la surcouche Sense de HTC avait ainsi plutôt bonne réputation, elle avait cependant tendance à alourdir le système Android en prenant de la mémoire, mais aussi à proposer des menus sombres avec des dominantes noires et grises, loin de l’aspect lumineux des smartphones Nexus.

Mais ça, c’était avant. Avec le HTC 10, le constructeur taïwanais a décidé de revoir complètement la copie de sa surcouche Sense. Exit donc les menus paramètres et paramètres rapides distincts, HTC a tout simplement réutilisé ceux présents dans la version native d’Android. Les possesseurs de smartphones ou de tablettes Nexus ne devraient donc pas être trop dépaysés. Le lanceur d’applications demeure quant à lui différent avec possibilité de regrouper ses applications en dossiers ou de modifier l’ordre d’affichage. Enfin, en lieu et place de l’écran Google Now, HTC a conservé son écran BlinkFeed permettant d’afficher des contenus provenant des réseaux sociaux ou de certains sites Internet. Un choix regrettable tant Google Now est efficace pour suggérer des contenus pertinents alors que BlinkFeed ne l’est pas du tout, même une fois paramétré.

Outre l’interface, le rapprochement entre Google et HTC se caractérise également par l’utilisation de nouvelles applications intégrées par défaut dans le HTC 10. Ici, il n’est pas question de galerie, de boite email, d’agenda ou de lecteur de musique propre à HTC. Elles sont remplacées par les applications développées par Google avec Google Photos, Gmail, Google Agenda et Google Play Music. Un choix pratique pour éviter les doublons si vous utilisez déjà ces applications et ne pas surcharger inutilement le stockage du téléphone. Pour les aficionados des applications HTC, le constructeur les a tout de même intégrées au Google Play Store où elles peuvent tout de même être téléchargées.

Oui pour ses performances et son endurance

Doté du processeur Snapdragon 820 de Qualcomm, le plus puissant de la génération actuelle, le HTC 10 est bien évidemment un monstre de puissance. Il fera tourner n’importe quel jeu sans problème et s’avère particulièrement fluide grâce à ses 4 Go de mémoire.

Afin d’évaluer la puissance du HTC, nous l’avons testé à l’aide de plusieurs applications. Sur 3DMark, il atteint le score de 2146, soit davantage que le LG G5 (2050) ou le Xiaomi Mi5 (2116). Il est cependant distancé par les Galaxy S7 (2539) et S7 Edge (2511), pourtant dotés du même processeur. Dans tous les cas, il s’agit bel et bien de l’un des smartphones Android les plus puissants du moment. Une performance confirmée par l’application GeekBench avec un bon résultat de 5162 points, légèrement en deçà du LG G5 (5357) ou du Galaxy S7 Edge (6299).

>>> Lire le test du LG G5


3DMark
GeekBench
HTC 10
2146
5162
Samsung Galaxy S7 Edge
2511
6299
LG G5
2050
5357

En termes d’autonomie, le HTC 10 a cependant tout pour plaire. Si les deux jours d’autonomie annoncés par le constructeur ne sont bien sûr pas atteints, le smartphone n’a pas à rougir de ses performances. Dans un usage classique avec plusieurs heures d’écran allumé pour consulter des contenus sur le Web, jouer ou écouter des podcasts, nous avons pu utiliser le HTC 10 pendant 31 heures, sans le recharger pendant la nuit. Un très bon résultat possible grâce à la batterie de 3000 mAh qui équipe le smartphone. On apprécie également la recharge rapide qui permet de gonfler la batterie à 50 % en une trentaine de minutes seulement.

>>> Lire le test du Samsung Galaxy S7 Edge

Oui pour la qualité de ses photos

Après quelques paris hasardeux avec la technologie Ultrapixel et la baisse de la définition des photos, HTC semble avoir enfin retrouvé la raison. Avec le HTC 10, il est possible de prendre des photos détaillées grâce au capteur de 12 millions de pixels. Par ailleurs, le constructeur a également misé sur une ouverture (f/1,8) et des pixels (1,5 µm) plus grands afin de capter le plus possible de lumière. Un choix censé permettre de jouer davantage sur les flous, mais également de prendre plus facilement des photos de sujets en mouvement.

>>> Lire : Comparatif : quels sont les meilleurs photophones ?

Afin de savoir ce que vaut le mode photo du HTC 10, nous l’avons donc comparé à l’iPhone 6s, au Nexus 6P et au dernier Huawei P9. Nous avons pris quatre photos avec chaque appareil, une en condition de faible luminosité, une photo macro (pour l’effet de flou), un paysage (pour les détails) et un selfie (pour la caméra frontale) afin d’évaluer également le capteur photo avant du HTC 10.

De gauche à droite : HTC 10, Nexus 6P, Huawei P9, iPhone 6sDe gauche à droite : HTC 10, Nexus 6P, Huawei P9, iPhone 6s

En faible luminosité, le HTC 10 s’en sort très bien. L’appareil photo a réussi à faire la mise au point, contrairement à l’iPhone 6s, et la luminosité est bien meilleure que sur le Huawei P9 par exemple. Cependant, la photo est de moins bonne facture qu’avec le Nexus 6P en raison d’un bruit trop important.

De gauche à droite : HTC 10, Nexus 6P, Huawei P9, iPhone 6sDe gauche à droite : HTC 10, Nexus 6P, Huawei P9, iPhone 6s

En macro, le HTC propose cependant des photos sombres, légèrement grisées. Si l’effet de flou est bien là, on préfèrera le traitement de l’iPhone 6s avec des couleurs plus naturelles, tirant moins le jaune.

De gauche à droite : HTC 10, Nexus 6P, Huawei P9, iPhone 6sDe gauche à droite : HTC 10, Nexus 6P, Huawei P9, iPhone 6s

Pour le paysage, le problème est le même. La photo paraît recouverte d’un filtre gris et manque légèrement de contraste. Sans aller jusqu’au contraste du Nexus 6P, on préfèrera le traitement de l’iPhone 6s ou du Huawei P9. Par ailleurs, la photo manque légèrement de piqué par rapport aux smartphones concurrents, notamment le Nexus 6P.

De gauche à droite : HTC 10, Nexus 6P, Huawei P9, iPhone 6sDe gauche à droite : HTC 10, Nexus 6P, Huawei P9, iPhone 6s

Enfin, l’appareil frontal est particulièrement efficace pour les selfies. Il faut dire que HTC a pris le soin de ne pas le négliger. Les couleurs de peau sont naturelles et on peut profiter d’un très léger effet de flou en arrière-plan.

Finalement, le HTC 10, sans être au-dessus du lot en matière de photo, arrive à se hisser au niveau des smartphones concurrents. On regrette un contraste trop peu élevé, mais les selfies, les effets de flou ou la qualité en faible luminosité permettent de compenser ce défaut.

On notera également que HTC a intégré une stabilisation optique sur les deux appareils du HTC 10. Concrètement, cette technologie est utile dans deux cas : pour la photo, afin d’annuler les micro-tremblements, et pour la vidéo, afin d’avoir un rendu plus fluide. Pour vous permettre de comparer la vidéo avec et sans stabilisation optique, nous avons filmé la même séquence avec le HTC 10 et le Nexus 6P. On remarquera que la stabilisation du HTC 10 se fait ressentir légèrement à chaque pas, mais qu’elle reste plutôt discrète.

Test de la stabilisation optique du HTC 10

Non pour son prix

C’est sans nul doute le plus gros problème du HTC 10. Commercialisé à 750 euros, il s’attaque frontalement au Galaxy S7, vendu à 700 euros en version classique et 800 euros en version Edge. Seulement, là où le Galaxy S7 peut se targuer d’un design chiadé, surtout avec la version écran incurvé, le HTC 10 reste particulièrement classique d’apparence. Même LG, qui propose un système de modules avec son G5, a fixé la barre tarifaire à 699 euros.

C’est une tendance de ces dernières années, les smartphones milieu de gamme intègrent de plus en plus de composantes haut de gamme pour un prix particulièrement réduit. C’est notamment le cas de Huawei, de Honor, de OnePlus ou de Xiaomi. Pourtant, HTC a décidé de placer son HTC 10 en concurrence directe des rares mastodontes du secteur à proposer des smartphones au-dessus de la barre symbolique des 700 euros : Samsung et Apple.

Si le choix peut se défendre pour le constructeur qui souhaite redorer son blason, le constat est cependant sans appel pour le consommateur. À ce tarif-là, le HTC 10 ne tient pas la route face à l’iPhone 6s ou au Galaxy S7 Edge. Il manque cruellement de personnalité tant au niveau du design que des fonctionnalités.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
1 commentaire
    Votre commentaire
  • randria44
    "le constructeur coreen"
    0