Panasonic vs Sony vs Olympus : la guerre des APN hybrides

Sony NEX-5

Jusqu'ici, les constructeurs qui se sont lancés dans l'aventure de l'appareil hybride ont copié l'existant, soit le reflex soit le compact, avec une taille et un poids qui ne paraissaient pas marquer une rupture radicale. Souvent aussi avec le souci de conserver une bonne ergonomie, la taille de nos mains ne suivant pas les possibilités de miniaturisation de l'électronique… Sony est donc le premier à rompre avec les standards établis.

Très similaires dans leur conception générale et partageant largement les mêmes composants, les NEX-3 et NEX-5 sont de minuscules boîtiers photo pourtant équipés d'un capteur APS-C. Bien évidemment, le talon d'Achille de la formule se trouve dans les optiques, la taille du capteur ne permettant pas de réaliser des modèles très compacts.

Équipés d'un zoom standard 18-55, les NEX- 3 et NEX-5 prennent une allure un peu étrange, l'objectif paraissant plus volumineux que l'appareil lui-même ! Il faut passer à une optique fixe « pancake » pour retrouver une relative compacité. Avec très peu de commandes et d'ailleurs peu de place pour mettre ses doigts, les NEX-3 et NEX-5 utilisent une interface très spécifique. Le moins que l'on puisse dire est qu'il faut s'y faire et que le photographe expérimenté souhaitant contrôler divers paramètres techniques a toutes les chances de pester contre les concepteurs.

Le grand capteur implique des objectifs assez encombrants. Sony ne semble d'ailleurs pas avoir fait d'effort particulier en ce domaine, puisque le zoom de base 18-55 mm n'est pas spécialement compact, par comparaison avec ce que propose par exemple Olympus sur son PL1. L'alternative, pour ceux qui cherchent une compacité maximale pourrait être le 2.8/16 « pancake », mais un équivalent 24 mm n'est pas vraiment un objectif à tout faire. Une focale plus proche d'un équivalent 50 mm avec une luminosité supérieure aurait été plus attractive. Pour un usage plus universel, un super-zoom 18-200 devrait être rapidement disponible mais le prix dépassera les 1000 euros en kit avec le NEX-5.

Attractifs par leur aspect, les Sony NEX-3 et NEX-5 nous laissent finalement perplexe. Leur très faible encombrement perd beaucoup de son attrait dès qu'ils sont équipés d'un objectif et l'ergonomie comme l'autofocus conduisent fréquemment à des échecs lors de la prise de vue. Du moins, si on veut sortir des emplois les plus simples. On finit par se demander quel est le public visé par Sony, car il n'est pas certain que le grand public en soit plus satisfait que d'un bon compact et le photographe exigeant sera très probablement rebuté par l'interface inadaptée à une utilisation avancée.

Le test complet avec EreNumérique