Instagram : maîtriser les filtres comme un pro

Avec les progrès des modes photos des téléphones portables et le développement des réseaux sociaux, certaines applications qui jouent sur les deux tableaux connaissent aujourd’hui un réel succès auprès de très nombreux utilisateurs. C’est notamment le cas d’Instagram qui revendique aujourd’hui plusieurs dizaines de millions d’utilisateurs malgré l’évolution des conditions d’utilisations qui apparaissent aujourd’hui plus que douteuses à de nombreux usagers. En effet, la polémique qui a entouré ce changement lié au rachat par Facebook a certes provoqué le départ de très nombreux utilisateurs mais ne l’a pas empêché pas de rester leader dans son domaine. Nous avons donc choisi de nous pencher sur son cas afin de fournir à ses nombreux utilisateurs quelques conseils pour en optimiser l’usage.

Une précision en préambule : nous avons testé la version 3.4.1 pour Android sur un Samsung Galaxy Note II et, malgré plusieurs réinstallations de l’application à partir de fichiers d’installation téléchargés de nouveau à chaque fois, Instagram a planté un nombre de fois difficilement acceptable. Nous espérons donc vivement que des progrès seront faits lors des prochaines mises à jour.

L’esthétique d’Instagram, comme celle de la plupart de ses concurrents, est très marquée par la photo de mode et de publicité. Les différents filtres rappellent des techniques souvent liées à l’argentique telles que le traitement croisé ou les différents dérivés du polaroïd. De même le format carré rappelle le moyen-format, très utilisé en mode et en pub. La qualité technique souvent très moyenne car liée aux petits capteurs des téléphones rappelle également les images polaroïds ou des « appareils jouets » (ex : Lomo) dont la précision est moins élevée que celles produites par des 24x36 traditionnels équipés de films négatifs ou positifs (diapo) également très utilisés par certains grands noms de la photo de mode.

Dans Instagram, chaque filtre dispose de deux options accompagnées de la possibilité dans certains cas d’ajouter un cadre : un renforcement non paramétrable du contraste et un jeu sur le flou d’autant plus intéressant que la petite taille des capteur produit des images avec une très grande profondeur de champ. Deux réglages sont alors possibles : une zone de netteté rectiligne type tilt-shift ou discale (ronde) qui simule une perte de définition à mesure que l’on se rapproche des angles, un résultat très présent dans les images du passé lorsque la résolution des objectifs était moins uniforme ou dans celles produites par les « appareils- jouets ».

Téléchargez Instagram pour Android

Téléchargez Instagram pour iOS

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
1 commentaire
    Votre commentaire
  • back6
    Personnellement, je n'en peux plus des photos instagram. Et que je te photographie n'importe quoi, et que je te mets des effets vieillissements, et hop, chef d'œuvre !
    Ben non, on en a déjà vu 50 des pareilles, et y en a marre !
    0