[Test] iPad Air : tablette ultime ?

Changement de nom, de moteur mais surtout de style. La principale révolution de ce nouvel iPad est d’ordre esthétique. Le design de l’iPad Air varie radicalement par rapport aux précédents iPad Retina et nouvel iPad. Son inspiration, Apple n’est pas allé la chercher très loin, dans le bureau d’à côté diront les plus moqueurs. Car cet iPad Air ressemble surtout à un iPad mini sous hormones de croissance.

Points forts

Design - Au lieu de reprendre le design de l’iPad 4, il préfère étirer celui de l’iPad Mini. En résulte une tablette plus petite que l’iPad 4 sans pour autant perdre un seul pouce d’affichage (9,7 pouces). La finesse et le poids sont aussi améliorés. On passe ainsi de 9,4 mm d’épaisseur à 7,5 et de 652 g à 469 g. Ces modifications ne sont pas anecdotiques. Grâce à elles, la grande tablette d’Apple est enfin utilisable confortablement durant de longues sessions. Jusqu’alors, elle pouvait occasionner une fatigue physique due à sa taille et à son poids top élevés.

Performances - L’Apple A7 respecte son cahier des charges et offre à l’iPad Air le moteur d’une voiture de course. Grâce à lui, cette tablette explose tous les benchmarks en y trustant systématiquement la première place du podium. A noter que c’est le même processeur qui équipe également l’iPhone 5S.

Point faible

Photo - Comme le dit l’adage populaire, la perfection n’est pas de ce monde. Aussi, l’iPad Air pêche par un point : son capteur photo. Inchangé depuis l’iPad 3 (anciennement nommé Nouvel iPad), il permet d’effectuer de bonnes photos, mais ne se distingue pas. De plus, il n’est pas compatible avec les innovations photo d’iOS 7. Dernier grief sur cette partie, la caméra frontale affiche un léger bruit sur les clichés.

Mémoire vive -
Equipé d’un processeur 64 bits, on s’attendait à ce que l’iPad Air profite de plus que d’un seul gigaoctet de mémoire vive. Si cela n’est pas problématique pour l’instant, on peut déjà s’inquiéter de la performance de l’iPad Air dans quelques années. Qui a parlé d’obsolescence programmée ?

Des mensurations de rêve

Le résultat est certes attendu mais la première prise en main n’en demeure pas moins surprenante. Ce qui choque c’est le poids de cet iPad Air, 469 grammes. Ce n’est pas un poids plume mais en comparaison des 650 grammes de l’iPad 4 c’est une sacrée cure d’amaigrissement. Pour un ancien possesseur d’iPad la différence est énorme.

Une fois la surprise du poids passée, c’est la finesse qui étonne (7,5 mm pour l’iPad Air contre 9,5 mm pour le précédent modèle). La conséquence, c’est une prise en main bien plus agréable et assez similaire à celle de l’iPad mini. Apple a utilisé la même technique de fabrication que sur son iPhone 5s, c’est à dire un biseautage particulier des angles pour des bords affinés. Résultat : l’iPad Air est moins large que les précédentes tablettes d’Apple et pourtant sa diagonale n’a pas bougé d’un iota : 9,7 pouces.

Verdict : L’aspect général de l’iPad Air est tout sauf une surprise. Les traits de l’iPad mini ont bien été étirés. Mais la prise en main est une très bonne surprise. Poids finesse et tenue, tous ces aspects ont été améliorés par Apple et la tablette s’en trouve agréablement changée.

Tablettes : laquelle acheter ? Comment choisir ?

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire