Japon - USA, qui innove le plus ?

Avantage nippon sur l'image

Vous l'aurez probablement remarqué, dès qu’il s’agit de technologies ayant attraits de façon marquée au divertissement numérique, la contribution japonaise aux avancées technologique est souvent centrale. Dans le mouvement de diffusion des technologies dans la société, l’interface avec l’homme est un point clé. Dans cette famille très vaste et un peu vague, les écrans sont à n’en pas douter les membres les plus visibles.

Après la domination des tubes cathodiques au travers du poste de télévision symbole de l’Amérique, voici venue l’ère des écrans plats. Que ce soit pour les ordinateurs (portables ou non), les appareils nomades (musique, téléphonie, appareils photo numériques, caméscopes, etc.) ou les téléviseurs, les écrans plats se déclinent partout et incarne désormais dans une certaine mesure l'idée de la modernité.

Au-delà des grandes marques commerciales comme Sony, Toshiba, Hitachi ou Sharp, l’emprise japonaise sur le marché de l’affichage est évidente à tous les niveaux et plus particulièrement sur le niveau technologique.

Bien que la technologie LCD (affichage à cristaux liquides) prenne ses origines aux USA  (chez RCA), l’essor des affichages couleurs performants est marqué par des innovations successives et quasi exclusives initiées et développées par les firmes japonaises. Ainsi, les perfectionnements ont été si nombreux qu’on est bien loin des écrans monochromes des débuts. Au tableau d’honneur des plus gros contributeurs au progrès figurent Hitachi pour les dalles LCD IPS, Fujitsu pour les LCD MVA ou encore Sharp.

Les autres technologies d’affichages ne sont pas en reste avec le plasma dont l’application industrielle revient à Fujitsu (le concept étant « d’outre pacifique ») et le développement à Panasonic. Quant aux écrans OLED, Sony occupe la scène médiatique avec ses premiers modèles d’écrans commerciaux alors que Matsushita œuvre en arrière-plan pour démocratiser cette technologie très prometteuse.