Japon - USA, qui innove le plus ?

Jeux vidéo, la mains mise japonaise

Difficile de parler de technologie sans aborder le thème du divertissement numérique numéro 1. Surpassant depuis peu le secteur du cinéma, le jeu vidéo possède une histoire riche et complexe malgré sa relative jeunesse.

Sujet de débats chez les plus grands experts (et passionnés cela va sans dire), l’origine exacte et la création du genre sont difficiles à situer. Ce qui l’est moins c’est que l’histoire du jeu vidéo commence dans tous les cas dans les laboratoires de recherche des années cinquante. Et comme nous l’avons vu, à l’époque les États-Unis étaient le seul endroit dans le monde où l’effervescence autour de l’informatique était suffisamment intense pour donner naissance à un concept aussi inutile qu'indispensable que les jeux électroniques. Les décennies qui suivirent virent le produit de la science américaine grandir doucement, mais surement pour enfin s’offrir au public au travers des bornes d’arcade au début des années 70. À l’époque, les grands noms sont américains et s’appellent ATARI ou MIDWAY. La légende de ces débuts s’appelle PONG et marque la naissance de l’industrie du jeu vidéo. Mais déjà on voit des noms un plus orientaux apparaître dans les salles de jeu et les bars. Ils s’appellent Namco ou SEGA et n’hésitent pas concurrencer les sociétés américaines avec de titres phares comme PAC MAN à la fin des années 70.

Le premier acte est à l’avantage donc de l’oncle Sam mais le marché des bornes d’arcade devient rapidement trop étroit pour valoir le coup d’une lutte acharnée avec les éditeurs du pays du soleil levant. Qu’importe, ATARI, encore lui, lance en 1977 ce qui marquera le véritable début du jeu vidéo de salon avec sa console ATARI 2600. Mais le pari est plus difficile à relever que prévu et le chemin s’apparente plus à un sentier de montagne qu’à un boulevard. C’est alors que Nintendo entre dans la danse et lance successivement sa console Famicom et son dérivé, le Nintendo Entertainment System (NES). Ces évènements marquèrent le renouveau du jeu vidéo en même temps que le début d’une ère entièrement dominée par les firmes japonaises. Nintendo et SEGA  accompagnés des éditeurs Namco, Enix et bien d’autres dicteront leur loi sur un marché alors naissant. Malgré un développement parallèle de l’industrie vidéo ludique sur les ordinateurs personnels à la faveur de la naissance du PC d’IBM et du Macintosh d’Apple, la résistance menée par les sociétés américaines ne suffira pas pour circonscrire la folle ascension de leurs homologues nippones. Car c’est bien dans l’archipel que sont nés les concepts de jeu les plus novateurs et séduisants. C’est également là qu’est né le concept de console de jeu portable en 1989. La révolution s’appelle GameBoy et contribue indubitablement à la montée en puissance d’un secteur qui n’existait pas encore 10 ans plus tôt. Le deuxième acte est indiscutablement à la faveur du Japon.