Japon - USA, qui innove le plus ?

Microsoft change la donne

Le troisième acte de la courte histoire du jeu vidéo nous amène à passé récent avec une annonce qui marqua alors l’histoire du secteur : Microsoft se lance dans l’arène avec sa XBOX. Au changement de siècle, l’annonce avait sourire plus d’un commentateur. Le géant du logiciel se lançait sur un marché tellement verrouillé par le Japon qu’il semblait illusoire de croire au succès de cette console plus proche d’un PC que de la très acérée Playstation 2. D’autant que la guerre sur le marché du jeu vidéo avait déjà fait quelques victimes autrement plus chevronnées que le géant de Redmond : SEGA et SNK, des piliers et fondateur du secteur. Qu’importe, Microsoft allait appliquer sa stratégie habituelle : observation puis action en brulant au passage quelques milliards de dollars qui semblent être bien peu au regard des perspectives promises par cette industrie devenue gigantesque.

C’est donc via son nouveau fer de lance, la XBOX 360 que Microsoft compte marquer de son empreinte l’histoire du jeu vidéo. À l’heure où vous lisez ces lignes, l’issue de la bataille n’est pas encore décidée, mais il est clair que l’époque où le jeu vidéo battait au même rythme que les rames de métro tokyoïtes desservant Akihabara (Electric Town) est révolue.

Avant de refermer ce chapitre sur le jeu vidéo, penchez-vous sur les entrailles des consoles de jeu de nos jours : les composants vitaux ne sont plus uniquement griffés Hitachi, Toshiba ou NEC. Comme pour les ordinateurs, les noms plus familiers sur les rivages orientaux du Pacifique se font désormais plus présents dans les consoles. IBM, NVIDIA ou encore ATI fournissent non seulement les ordinateurs DELL mais également SONY et Nintendo, signes des temps…