[Test] June de Netatmo : que vaut le gardien des coups de soleil ?

Le pitch : Le June de Netatmo est un capteur camouflé dans un bracelet qui mesure en temps réel l’intensité des rayons UVA et UVB. Il peut ainsi restituer des informations pour gérer son temps d’exposition quotidien (en fonction de votre peau), l’indice de protection de crème solaire qui convient… C’est-à-dire tout ce qu’il faut savoir pour éviter les coups de soleil, préserver son capital soleil et ainsi optimiser son bronzage.

4 raisons de craquer ou non pour le June de Netatmo

1- Oui pour le design du produit

Le June a été pensé comme un bijou et il remplit plutôt bien cet objectif. Livré avec 2 bracelets interchangeables (l’un en cuir et l’autre en gomme), le June se révèle d’une élégante sobriété. Il peut même se porter comme une broche et existe en 3 couleurs (platine, or ou canon de fusil). Le design de l’interface est lui aussi assez réussi et simple d’utilisation. Elle comporte une partie « En ce moment », une autre dédiée aux prévisions, un historique et enfin les options.

Le paramétrage est très simple et il vous suffit de répondre à quelques questions pour définir votre phototype (peau claire, mate…). La batterie qui semblait descendre brutalement au début a finalement tenu plus d’une semaine. Bref, côté réalisation, pas grand-chose à lui reprocher.

2 - Non, parce qu’il n’aime pas la plage

De l’aveu même de son fabricant, le June est fait pour la ville. Pourtant c’est à la plage ou à la piscine qu’on l’attendait, c’est là que les expositions au soleil sont les plus traitres. Et sur ce terrain, il est effectivement inadapté. Tout d’abord, il est déconseillé de bronzer avec le June au bras sous peine d’avoir de magnifiques marques blanches au poignet. Ensuite, si vous choisissez de le clipser à votre maillot ou à votre serviette de plage, soyez prudent au moment de l’attraper, il est tout simplement brûlant…

Quant à son usage en ville, il s’avère limité aux seuls jours où l’on a prévu de rester majoritairement dehors par grand beau temps sans pour autant avoir prévu de s’adonner au bronzage intensif. Faut-il vraiment un bracelet dédié pour cela ?

3 - Non, parce qu’il est trop dépendant du smartphone

Le June n’a aucune capacité d’alerte autonome et c’est probablement son principal défaut. Si vous êtes lancé dans une séance de bronzage intensif (car même si ce n’est pas fait pour ça, c’est dans ce moment-là qu’on se pose la question) ne comptez pas sur lui pour vous bipper au moment opportun pour remettre de la crème. C’est à vous de consulter votre smartphone enfoui au fond de votre sac pour regarder vos notifications. A partir du moment où vous vous posez la question, c’est que vous avez déjà conscience qu’il serait peut-être temps de renouveler votre protection solaire…

4 - Non, c’est finalement trop cher

Même s’il est plutôt bien conçu, après quelque temps d’utilisation on ne peut que penser que son usage reste assez anecdotique et à 95 euros, cela fait un peu cher l’anecdote.

Retrouvez notre comparatif des meilleurs bracelets connectés

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire