Se connecter avec
S'enregistrer | Connectez-vous

Lenovo X300 : l'anti MacBook Air

Lenovo X300 : l'anti MacBook Air
Par

Aujourd’hui, nous allons tester le dernier ordinateur portable de Lenovo, le X300. Ce modèle, qui a été entièrement pensé chez Lenovo, va-t-il suivre la même voie que les anciens Thinkpad IBM ? Est-ce que la finition, l’ergonomie et les fonctions sont du même acabit que sur les ancêtres de ce modèle ? Vous le saurez en lisant le test du Lenovo X300.

Pour les amateurs de hardware et de techniques, le test de nos collègues de Tom’s Hardware se concentre sur cette partie, alors que notre test insiste plus sur l’ergonomie du produit.

Une machine résolument professionnelle

Le X300 est un PC portable résolument professionnel. Tant l’aspect, sobre, que la configuration (SSD obligatoire) en font une machine qui vise un public qui veut un ordinateur pour travailler sans concessions, et qui se moque du design.

Une machine complète

Le X300 est une machine complète, qui offre pratiquement tout ce qu’un utilisateur de PC portable peut demander. De plus, il reste léger et facilement transportable, avec son écran de 13,3 pouces et ses 1,5 kg. Comparé à beaucoup d’ultraportables qui font l’impasse sur certaines options comme le lecteur optique ou la diagonale de l’écran, le X300 est évidemment attractif.

Comparé au MacBook Air

Même si le X300 n’est pas réellement un concurrent du MacBook Air, les deux machines sont évidemment souvent comparées : ils proposent la même diagonale d’écran et le même prix élevé. Mais alors que la machine d’Apple prend le parti pris de limiter la connectique (en arguant du fait que ce qui est présent suffit) pour limiter la taille, le X300 est justement très bien fourni au niveau de l’équipement, quitte à être un peu plus imposant (sans que ce soit rédhibitoire).

Les quelques défauts

En pratique, le seul défaut du X300, c’est son inadéquation au multimédia. Son écran, même s’il est très efficace dans un usage bureautique, est peu adapté à la vidéo, et les performances globales sont un peu faibles pour du jeu ou du traitement vidéo. Mais nous le répétons, ce n’est absolument pas la cible de cette machine.

Le design du X300 : on ne peut pas plaire à tout le monde

Allons-y, n’ayons pas peur des mots, ce portable n’est pas le plus design qu’on ait pu voir dans notre laboratoire, mais soyons honnête, s’il fallait retenir un adjectif pour le décrire au mieux nous pencherions pour « sobriété ». Ce qui pour une machine avoisinant les 3 000 € n’est pas une mince affaire et surtout cela éloignera les convoitises car l’important c’est bien ce qu’il y a dedans ! Pour faire simple, on ne vous dira sûrement jamais « qu’il est beau ton portable », mais ce n’est pas réellement un problème.

Parlons de l’écran

Peut-être le plus gros avantage et le plus gros défaut du X300 : son écran. Avantage, parce qu’avec une résolution de 1 440 x 900 (mieux qu’une bonne partie des 15,4 pouces du marché), l’espace de travail est énorme. De plus, Lenovo a pensé à utiliser une dalle mate, ce qui est évidemment un avantage pour les professionnels. Défaut parce que l’écran en lui-même est assez moyen : la définition élevée ne va pas plaire aux utilisateurs presbytes (128 dpi alors qu’on recommande généralement 110 au maximum), la luminosité (surtout sur batterie) est assez faible et les angles de vues latéraux sont très mauvais.

La connectique : presque parfait

Le X300 fait fort sur un point : la connectique externe. Alors que beaucoup d’ultraportables sont gênés par une connectique faible, Lenovo a bien équipé le X300. On retrouve trois ports USB 2.0, deux sur la tranche gauche de l’appareil et un troisième à l’arrière, et ils sont bien séparés l’un de l’autre (ce qui permet de brancher des périphériques USB qui ont une base large). Une sortie audio (casque) et une entrée audio (micro) sont de la partie, tout comme une prise Ethernet (gigabit). On trouve aussi une sortie VGA classique (analogique) et bien évidemment une prise pour le chargeur.

Au niveau de ce qui manque (personne n’est parfait), notons le FireWire, l’ExpressCard et une sortie DVI. Autant le premier connecteur peut poser des problèmes aux adeptes du stockage externe, autant les deux autres absences sont justifiables : l’ExpressCard est utilisé essentiellement pour des cartes 3G, et le X300 dispose de cette technologie en interne, et le DVI est certes pratique pour un écran plat, mais le VGA est plus courant (et surtout est très présent sur les projecteurs).

Pour le son, le X300 dispose de deux haut-parleurs. Ils sont corrects au niveau de la qualité, mais assez mal placé : ils sont sur l’avant de la machine, juste à l’endroit où les paumes sont placées quand on tape.

Le X300 et l’interface personne-machine

Point fort des machines IBM, et maintenant des Lenovo, l’ergonomie et l’efficacité de l’interface personne-machine. Le clavier et les systèmes de pointage du X300 sont très bons.

Le clavier, IBM est toujours là

Le clavier du X300 est très efficace. Les touches ont une course un rien plus élevée que la majorité des portables et le touché de ce clavier est excellent (attention, c’est un avis subjectif). Il propose toutes les touches nécessaires à un usage quotidien et il y a même une touche Windows. Au niveau des raccourcis, Lenovo propose le réglage du son en accès direct (avec une touche lumineuse qui indique quand le son est coupé) et une série de raccourcis accessibles la touche Fn : réglages de la luminosité, la Thinklight, etc. Petit bémol, la touche Fn est placée à gauche du Ctrl.

Point de clavier rétroéclairé chez Lenovo, mais on dispose quand même de la Thinklight : c’est une lampe placée dans le haut de l’écran et qui éclaire le clavier. Pas aussi impressionnante que le clavier rétroéclairé, cette technologie a l’avantage de pouvoir éclairer une feuille, par exemple.

Le système de pointage

Lenovo propose deux systèmes de pointage indépendants sur le X300 : un trackpad et un trackpoint. Le premier est assez moyen, lent et imprécis. Le second, que les adeptes d’IBM adorent, est parfait. Ce petit bouton rouge qui donne tant de plaisir aux utilisateurs des Thinkpad est la seule solution qui permet de continuer à taper en guidant son pointeur. Les boutons gauche et droit sont évidemment doublés : en dessous du clavier, pour les adeptes du trackpoint et en dessous du trackpad pour les autres. Un bouton central (qui sert de molette) est placé entre les boutons du trackpoint.

Notons aussi, pour les personnes qui ont besoin de sécurité, d’un lecteur d’empreintes placé à droite du trackpad. Nous vous invitons à aller lire le dossier sur la biométrie pour comprendre les avantages de ce type de solution.

Le X300 de l'intérieur

Le X300 a un défaut : il manque un peu de puissance. Le processeur est un modèle basse tension, et la carte graphique est assez moyenne. Par contre, il est plutôt intéressant au niveau du stockage. Analysons.

Le processeur, la mémoire et la carte graphique

Le processeur est un Core 2 Duo L7100. Pour les (nombreuses) personnes qui ne sont pas adeptes de la notation Intel, il s’agit d’un processeur équipé de deux cores, cadencé à 1,2 GHz (bus 800 MHz). Plus lent que la moyenne, il permet au X300 d’être autonome en consommant très peu. La mémoire vive est de 2 Go (deux barrettes de DDR2), et il est possible d’installer 4 Go. Enfin, la carte graphique est un GMA X3100 d’Intel, mais en version ralentie : 166 MHz au lieu de 250 MHz sur batterie (et 500 MHz au lieu de 667 MHz sur secteur).

Le SSD et le lecteur optique

Le X300 propose un SSD de série. Ce support de stockage utilise de la mémoire flash (comme les baladeurs MP3 ou les cartes mémoire) et propose une capacité de 64 Go. Très rapide, il permet au X300 d’être bien plus réactif que les machines équipées d’un disque dur : le temps d’accès sur le SSD est de 0,2 ms (contre 15 ms sur un disque dur classique). Lenovo a aussi pensé à intégrer un lecteur optique, contrairement à Apple. Le lecteur du X300 grave les CD et les DVD et il est très fin : seulement 7 mm (contre 12,5 mm généralement). Malgré tout, il reste rapide. Notons qu’il peut être remplacé par une batterie optionnelle, mais pas par un disque dur.

Pour plus d’informations sur la partie technique, nous vous conseillons d’aller lire le dossier de nos collègues de Tom’s Hardware.

Le X300 et le sans fil

Le X300 est équipé pour la mobilité, et il propose une ribambelle d’options : 3G, Wi-Fi 11n, Bluetooth (de série) et Wireless USB et WiMAX en option. Notre exemplaire de test ne proposait que les trois premières options.

Wi-Fi 11n et Bluetooth

Le X300 propose le Wi-Fi en version 11n (toujours à l’état de brouillon). Cette norme permet de transférer à près de 300 mégabits/s, alors que le classique Wi-Fi 11g se limite à 54 mégabits/s. Attention, il faut évidemment un point d’accès adapté. Le X300 est aussi Bluetooth, et les souris sans fil et autres claviers ne lui poseront pas de problèmes.

3G+ en interne

Plus intéressant, le X300 propose une carte 3G+ en interne. Il suffit d’insérer une carte SIM dans l’emplacement réservé (sous la batterie) pour se connecter à Internet via le réseau GSM. La carte support le HSDPA (3G+), l’UMTS (3G), l’EDGE, le GPRS et le mode GSM. On peut même recevoir des SMS sur le X300, mais pas prendre d’appels.

La qualité de réception est très bonne, meilleure qu’avec une carte ExpressCard et la vitesse est correcte en 3G+. Le modem est a priori compatible avec la nouvelle version du HSDPA (7,2 mégabits/s) mais nous n’avons pu tester qu’en 3,6 mégabits/s.

Contre le MacBook Air en vidéo

Dans cette vidéo, nous avons comparé le Lenovo X300 (sous Windows Vista) et le MacBook Air (sous Leopard). Tous deux équipés d’un SSD et des mêmes programmes (Adobe Photoshop CS3 et Microsoft Office), nous avons effectué les mêmes tests.

Lenovo X300 contre MacBook Air

Un week-end avec le X300

Pour le test, nous avons utilisé le X300 pendant quelques jours. La machine est agréable et légère (environ 1,5 kg avec la batterie 6 cellules) et rapide, même avec Windows Vista : le SSD fait des merveilles.

Pas adapté au multimédia

Premier point, ne comptez pas jouer ou faire des traitements lourds sur le X300, il en est incapable. La carte graphique d’entrée de gamme et l’écran haute résolution ne sont pas adaptés. De même, regarder un DVD sur le X300 n’est pas très agréable : la luminosité de l’écran est faible, les angles de vue sont mauvais et l’autonomie est faible : environ 2 h 15.

Très adapté au travail

Par contre, quand on utilise un ordinateur pour travailler (dans le sens bureautique et Internet), le X300 fait des merveilles. Il est très réactif, la résolution de l’écran est vraiment un gros plus (l’espace de travail est bien plus grand que sur les autres 13 pouces) et l’autonomie est très bonne. En 3G dans un train (où la qualité de réception est moyenne), nous avons pu travailler 4 heures et 25 minutes avant l’arrêt (avec une luminosité à 7 sur 15).

Il ne déchaîne pas les foules

Notons enfin qu’il ne déchaîne pas les foules. Alors que le MacBook Air (encore lui) intéressait les gens (en partie à cause de la campagne de publicité d’Apple), personne ne réagit en voyant le X300. C’est un avantage : il n’attire pas la convoitise quand on le voit.

La partie logicielle

Parlons un peu du système : notre exemplaire de test utilisait Windows Vista (en version professionnelle) mais Windows XP est aussi disponible. Comme sur tous les Lenovo, la société fournit la suite Thinkvantage.

Vista n’est pas réellement un bon choix

Windows Vista sur le X300, ce n’est pas réellement un bon choix : la carte graphique et le processeur sont mis à rude contribution par le système de Microsoft. Malgré tout, le SSD aide le X300 à rester réactif. La version XP du X300 est selon nous un meilleur choix.

Thinkvantage

De plus, Lenovo propose Thinkvantage. Cette suite logicielle, accessible depuis le bouton dédié, permet de régler finement tous les paramètres du X300 : activation des interfaces sans fil, réglage des paramètres d’économie d’énergie, tout est possible avec ce programme très réussi.

Conclusion, mieux que le MacBook Air ?

Finalement, est-ce que le X300 est mieux que le MacBook Air ? Techniquement, oui, ça ne fait aucun doute. Aussi rapide et bien mieux équipé, le X300 est clairement plus efficace que le MacBook Air. Mais la machine d’Apple est par contre plus intéressante pour le multimédia (Mac OS X y est pour beaucoup) et est surtout bien plus esthétique (même si ça reste assez subjectif).

Au final, malgré quelques petits défauts, le X300 est une machine réellement très réussie. Nous pouvons sembler critiques face à cette machine, mais il y a une raison simple : le X300 est vendu à près de 3 000 euros et nous sommes moins enclins à passer sur les défauts d’une machine de ce prix. En pratique, c’est sûrement un des meilleurs PC portables actuellement disponible, et c’est ce qui compte.

Tom's guide dans le monde
  • Allemagne
  • Italie
  • Irlande
  • Royaume Uni
  • Etats Unis
Suivre Tom's Guide
Inscrivez-vous à la Newsletter
  • ajouter à twitter
  • ajouter à facebook
  • ajouter un flux RSS