[Test] LG 55EA970V : faut-il craquer pour la TV Oled incurvée ?

Oubliez la 3D et les TV connectées, 2014 est l’année de l’Ultra HD (abusivement nommée 4K) et de l’Oled. Si nous avons déjà traité de la très haute définition dans un précédent article, nous nous attachons ici à tester l’Oled à travers le 55EA970V, dernier téléviseur Oled incurvé de LG.

Apparu au grand public en 2007, il faudra attendre 2013 pour que l’Oled soit massivement lancé sur le marché grand public avec deux téléviseurs chez Samsung et LG.

La révolution est donc en marche, mais que vaut-elle vraiment ? Est-ce intéressant un téléviseur incurvé ? Quid de la définition ? La qualité est-elle au rendez-vous ? et, en conclusion, faut-il craquer pour l’Oled de LG ?

5 raisons de craquer (ou pas) pour l'Oled incurvé de LG

Petite histoire de l'Oled
Sony XEL-1Sony XEL-1

À l’origine, le grand public a pu découvrir cette nouvelle technologie de dalle à travers le Sony XEL-1, un écran de 11 pouces sorti en décembre 2007. Malgré sa faible définition (960 x 540 pixels) et son tarif exorbitant (1500 euros), il réussit à épater les yeux les plus aguerris grâce à une colorimétrie très riche et juste et surtout un contraste tendant vers l’infini. Trop coûteux à produire à l’époque dans de grandes diagonales, l’Oled est finalement rangé dans un carton en attendant des temps meilleurs.

Entre temps, les constructeurs tels que Samsung ou AUO flairent le bon filon et développent de petits écrans Oled que l’on connaît sous le nom d’Amoled. On retrouve ceux-ci dans les smartphones, les objets connectés ou encore certaines tablettes.

Il faudra attendre 2013 pour voir revenir les téléviseurs Oled en force avec la sortie à l’automne dernier des deux premiers modèles de Samsung et LG. La machine est alors lancée.

Le prochain salon de l’IFA qui se déroulera en septembre devrait encore nous réserver son lot de nouveautés sur ce sujet.

1 - Oui, parce que sa qualité d’image est parfaite

Depuis sa première présentation dans un modèle fini en 2007, l’Oled n’a cessé d’être auréolé par la presse spécialisée. Sa qualité d’image est sans pareil. Les couleurs sont lumineuses et précises tout comme son contraste qui est tout bonnement parfait.

Pour nous faire une idée du rendu de l’Oled en 2014, nous avons testé le téléviseur de LG sur deux films : La grande aventure LEGO et Persépolis.

Ce dernier est un long métrage d'animation de Vincent Paronnaud et Marjane Satrapi. Il a pour particularité d’être entièrement réalisé en noir et blanc, ce qui nous a permis de juger le contraste de l’Oled. Il faut avouer que le résultat est bluffant. Contrairement à un téléviseur LED qui affiche des noirs grisâtres, dégradés par la lumière émise par les zones éclairées, la technologie Oled permet d’obtenir des noirs impeccables. Petite explication technique.

Dans le cas d’un téléviseur LED, les diodes sont au mieux étalées sur toute la surface de la dalle. Chacune s’occupe alors d’éclairer une zone de pixels. Problème leur lumière n’est pas maîtrisée et se propage jusqu’aux zones sombres. L’Oled contourne ce problème en utilisant une LED pour afficher chaque sous-pixel d’un pixel (rouge, bleu, vert et jaune dans certains cas). Cette technique autorise un éclairage très précis qui ne vient pas perturber les zones adjacentes. Autre avantage d’utiliser une LED par sous-pixel, il est possible de l’éteindre complètement et donc d’obtenir un contraste parfait par absence totale de lumière.

Le résultat est flagrant sur Persépolis. Vu dans le noir complet, le film ne fait ressortir que ses parties blanches. De plus, on n’observe aucun dégradé de gris entre les zones noires et blanches. La limite est nette et sans bavure.Persépolis sur le LG 55EA970VPersépolis sur le LG 55EA970VCôté couleurs, le bilan est aussi édifiant. La grande aventure Lego était idéale pour tester ce rendu. Mettant en scène les petites briques danoises, il brosse assez exhaustivement le cercle chromatique avec des couleurs chatoyantes à souhait. Profitant toujours de sa répartition précise des LED, l’Oled offre une image lumineuse qui ressort d’autant plus grâce à son excellent contraste.

À noter que pour profiter d’un rendu optimal, nous n’avons modifié que deux paramètres du 55EA970V en passant le mode d’image en ISF Expert et la valeur du gamma à 1,9. Un réglage rapide que l’on rêverait devoir effectuer avec de nombreux modèles LED qui ont tendance à demander beaucoup plus de modifications pour fournir une image correcte. La grande aventure Lego sur le LG 55EA970VLa grande aventure Lego sur le LG 55EA970V

2 - Oui, parce que son design innove

Comme on l’a vu précédemment, l’Oled est composé de LED organiques qui lui permettent de se passer d’un rétroéclairage. De fait, cela lui permet une épaisseur plus fine qu’un LCD à LED. Sur le modèle de LG, cela se traduit par une épaisseur de 4,3 mm. Un sabre effilé  qui offre à l’ensemble un design absolument réussi et discret. Cette finesse permet également aux constructeurs de tordre la dalle pour lui imposer une courbure.4,3 mm d'épaisseur...4,3 mm d'épaisseur...Et c’est le nouveau dada des constructeurs : faire des téléviseurs incurvés. Le but de l’opération est d’accroître l’immersion du spectateur dans l’image. Fort d’une diagonale de 55 pouces, il est vrai que le 55EA970V nous enveloppe dans son affichage, lui donnant ainsi une dimension cinématographique. L’effet est réussi, mais on regrette tout de même que cette forme imposée favorise les reflets sur la dalle ; et si ses angles de vision sont très ouverts, le spectateur situé sur le côté peut être gêné par la forme incurvée.

Enfin, contrairement à un modèle plat, il est difficile d’imaginer accrocher un tel téléviseur au mur. Pour autant, LG a trouvé la solution. En 2015, il sortira un modèle à dalle robotisée. Il sera capable de passer d’une position plate à une position incurvée, de quoi régler ce problème de mur. En attendant, le 55EA970V n’est pas idéal pour les aficionados des TV-tableaux

3 - Oui, parce que son interface est claire

Une fois la 55EA970V allumée, on navigue entre deux interfaces : le Smart World qui rassemble toute la partie connectée du téléviseur et la gestion des différentes sources raccordées, de la console au disque dur réseau.

À ce titre, la 55EA970V est compatible avec un très grand nombre de formats audio, vidéo et photo. Seuls les ISO et le BDMV ne sont pas pris en charge, tout comme le H.265, malheureusement.L'interface Smart TV de LGL'interface Smart TV de LGGrâce à la présence de grandes icônes très lisibles et informatives, on découvre un logiciel clair. On ne perd pas son temps à fouiller dans les menus pour trouver l’option qui nous intéresse, un plus pour ce téléviseur lorsque l’on s’est déjà frotté aux moins bonnes ergonomies de la concurrence. La Magic RemoteLa Magic RemotePour piloter tous les menus, LG fournit une Magic Remote et recycle ainsi celle du 55EA980V. Équipée d’un accéléromètre, elle se manipule comme une Wiimote. Épurée, elle ne présente que peu de boutons autour de sa molette cliquable : changement de chaîne, volume, Smart TV ou encore liste des sources. Pour avoir une télécommande plus complète, il faut passer par un modèle virtuel assez peu pratique à utiliser. Enfin, il est bon de noter que LG a diffusé une application « TV Remote » pour iOS et Android. Remplaçant facilement la Magic Remote, elle offre un pavé tactile, les fonctions basiques d’une télécommande et un accès rapide aux fonctions connectées du téléviseur.L'application TV Remote de LGL'application TV Remote de LG

4 - Non, parce qu’il n’est pas 4K

S’il affiche une qualité d’image impeccable, le dernier né de la gamme Oled de LG reste pourtant cantonné à une définition Full HD. Point d’Ultra HD pour ce modèle. C’est bien dommage surtout lorsque l’on sait la place prédominante que va s’arroger cette nouvelle définition dans les années à venir. Pourtant, même en 1080p, l’image est satisfaisante, grâce notamment à une rémanence proche de zéro, permettant de conserver tous les détails. Regarder une scène d’action sur le 55EA970V est un véritable régal pour la rétine. En ce sens, il vaut mieux un Oled Full HD qu’un LED Ultra HD qui affichera au mieux quelques dizaines de millisecondes de retard, laissant planer un flou sur l’image en déplacement qui aura au passage perdue en précision.

L’idéal sera encore d’avoir les deux : un Oled Ultra HD. Si Samsung vient d’ouvrir les précommandes pour un premier modèle du genre, LG a pris rendez-vous pour octobre prochain avec deux modèles de 65 et 77 pouces.

5 - Oui, parce qu’il "démocratise" l’Oled

Fin 2013, LG lançait le 55EA980V, son premier téléviseur Oled. Fort d’une diagonale de 55 pouces également, il s’affichait alors à 8000 euros, un tarif qui pouvait en dissuader plus d’un. Heureusement, les mois passants, il a fondu pour arriver jusqu’à moins de 4000 euros.LG 55EA970VLG 55EA970VAujourd’hui, son successeur marche dans ses pas en se négociant à moins de 3500 euros, soit à peine plus cher qu’un modèle LED Ultra HD haut de gamme, tel que le Samsung UE55HU8500, vendu aux alentours de 3100 euros.

Qu’on se le dise, l’Oled se démocratise à grands pas. S’il demeure un produit de luxe auxquelles toutes les bourses ne peuvent accéder, on a bon espoir de voir arriver dans les prochaines années des TV Oled abordables, tout comme on peut déjà trouver des TV Ultra HD à moins de 1000 euros. Alors oui, le 55EA970V de LG est bon marché, tout en sachant qu’il manque encore cruellement de concurrence. Actuellement, seul Samsung propose aussi de l’Oled avec son KE55S9C sorti l’an dernier et difficilement trouvable aujourd’hui. LG a donc le champ libre.

Acheter le 55EA970V à moins de 3500 euros

Téléviseur : Ultra HD, Led, Oled ? Comment choisir ?

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
1 commentaire
    Votre commentaire
  • Papounet17000
    faut-il craquer pour la TV Oled incurvée ?

    Offrez moi en un je vous assure que je ne refuserai pas ce cadeau ^^
    0