Tests : les logiciels de dessins pour tablettes

Inspire Pro pour iPad



Editeur : Kiwi Pixel
Prix : 5,99 euros
Télécharger Inspire Pro pour iPad

Si vous êtes déjà peintre, vous parviendrez à de superbes résultats avec Inspire Pro. C’est également un bon outil pour apprendre les techniques de peinture classiques et les réinvestir ensuite avec de véritables pinceaux. Mais Inspire Pro n’est cependant pas aussi indulgent qu’ArtRage et vous pourriez être rebuté par les bizarreries de son interface.

Mais une fois cela maîtrisé, Inspire Pro devient puissant et flexible, et vous permet de réaliser des œuvres efficaces. Les débutants devront néanmoins se montrer persévérants car il vrai que le logiciel n’est pas simple et un peu frustrant au début. Aucun raccourci, aucun effet préprogrammé ici : si vous souhaitez obtenir un résultat bien précis, vous devez être capable de le peindre et cette logique fait certainement d’Inspire Pro l’application idéale pour les puristes.

Temps d'apprentissage indispensable


Ouvrez Inspire Pro et vous aurez l’impression d’ouvrir le carnet d’esquisses très soigné d’un artiste. L’interface utilisateur n’est pourtant pas du tout intuitive : vous devez sélectionner votre toile pour commencer à peindre et retourner au carnet d’esquisses pour sauvegarder votre travail. Les autres options qui se trouvent dans ce menu permettent de modifier vos paramètres, d’importer des images et de sauvegarder vos travaux y compris sur Flickr, ce qui est un moyen formidable de partager votre art. Mais être obligé de quitter ce que vous étiez en train de faire pour effectuer une sauvegarde est un peu dérangeant.

Dans un premier temps, vous serez aussi un peu décontenancé par l’accès aux outils qui se fait en huit endroits dans les coins et sur les côtés de l’écran : choisissez ainsi vos couleurs, changez de pinceau, annulez et rétablissez certaines touches et faites un retour rapide pour obtenir une vue d’ensemble de votre travail. Le neuvième « point d’accès » ouvre une barre d’outils – avec une pipette pour sélectionner vos couleurs – qui a tendance à recouvrir la totalité de l’écran. Gagnez du temps en sélectionnant la pipette rapide afin de pouvoir choisir une couleur simplement en en maintenant votre doigt appuyé sur l’écran.

Une fois que vous avez repéré toutes ces options, vous pouvez cacher les icônes correspondantes et peindre par-dessus ces zones. Mais vous pourriez facilement donner un coup de pinceau au mauvais endroit avant de vous habituer vraiment à ce fonctionnement. En mode portrait, il arrive que le zoom s’active automatiquement, juste assez souvent pour que ce « détail » devienne irritant.

N’espérez pas retrouver toutes les possibilités offertes par ArtRage dans Inspire Pro : il n’y a que cinq pinceaux, dont un couteau à palette qui, lorsqu’il est utilisé, donne le même rendu qu’avec de la peinture à l’huile. L’option qui vous permet de mélanger des couleurs à l’aide d’un pinceau sec donne une palette d’effet très large, en particulier quand vous zoomez et mélangez votre peinture par petites touches soigneuses. Inspire Pro fait davantage penser à un logiciel de peinture traditionnel et lorsque vous avez beaucoup d’options à votre disposition, impossible de vous servir de combinaisons préétablies.

Choisissez la taille de votre pinceau ainsi que son angle – ce qui donne des résultats très variés avec le pinceau éventail – tout comme vous choisiriez l’angle d’un véritable pinceau en le penchant. Avec la gomme et le couteau à palette, choisissez la pression de votre outil, soit la quantité de peinture effacée ou raclée à chaque utilisation.

Vous pouvez activer une option qui vous permet de voir vos touches sans qu’elles soient masquées par votre stylet, mais même sans cela, les touches apparaissent souvent au-dessus de l’endroit où vous vous attendiez à les voir, en particulier lorsque vous mélangez des couleurs. Vous arriverez plus facilement à vos fins en pressant fermement avec un doigt l’écran. Le Nomad Brush – version pinceau du stylet pour iPad – n’a pas fonctionné du tout avec Inspire Pro, ce qui est plutôt dommage.

Au plus près de la réalité


Vous pouvez utiliser la peinture « numérique » et infinie (très utile lorsque vous souhaitez réaliser un fond sans peindre toute votre toile), mais l’option sélectionnée par défaut fait que votre pinceau devient sec de la même manière qu’il le deviendrait avec de la véritable peinture à l’huile. Choisissez la quantité de peinture que vous souhaitez appliquer pour chaque touche ou forcez-vous même à « recharger » votre pinceau manuellement à chaque fois, ce qui vous permettra de sélectionner une couleur légèrement différente plus facilement. Votre rendu n’en sera que meilleur.

Un sélecteur de couleurs astucieux


Le sélecteur de couleur, qui utilise le traditionnel cercle chromatique combiné à des curseurs pour moduler la transparence et la saturation, offre une très grande flexibilité.
Les couleurs récemment utilisées sont sauvegardées automatiquement et vous pouvez insérer celles que vous souhaitez à une palette permanente, même si l’opération s’avère plus délicate qu’il n’y parait : il nous est souvent arrivé de remplacer une couleur déjà existante au lieu de sauvegarder une nouvelle couleur juste à côté. Une option qui peut sembler minime mais qui se révèle particulièrement agréable : lorsque vous maintenez votre doigt enfoncé sur l’écran afin de sélectionner une couleur de votre toile, vous troquez automatiquement votre pinceau sec contre un pinceau recouvert de peinture, ce qui vous permet d’économiser un tapotage en rendant le processus plus naturel et plus fluide.

Il est possible d’importer une image dans votre toile, mais vous ne pourrez pas la supprimer ensuite. Cette option n’est donc pas destinée à être utilisée pour la reproduction d’une image à partir d’un modèle (bien que cela ne pose aucun problème s’il s’agit d’une esquisse que vous souhaitez recouvrir entièrement) mais elle est très utile pour ouvrir des images créées à l’aide d’une autre application et sur lesquelles vous souhaitez continuer à travailler. De nombreux artistes numériques utilisent trois, quatre voire cinq applications pour obtenir tous les effets qu’ils souhaitent sur iPad. Vous pouvez aussi obtenir un effet de collage intéressant en peignant par-dessus une photo et en en effaçant tout l’arrière-plan, ou seulement une partie, le logiciel ne vous offrira simplement pas le même coup de main qu’ArtRage.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
2 commentaires
    Votre commentaire
  • Saesee
    Comparatif peut-être sympas mais ambiguë de par le titre !

    Je me réjouissais d'avance de trouver un test de plusieurs logiciels de dessin pour ma tablette Wacom mais non, c'est bien des tablettes tactiles dont vous parlez (hormis ArtRage Windows).

    Il serait plus juste de changer votre titre en ajoutant "tactile" à la fin car en lisant un titre tel quel je pense de suite à ma tablette graphique qui, elle, est réellement faite pour le dessin.

    Idée de titre donc : "Tests : les logiciels de dessins pour tablettes tactiles"
    0
  • spae0899
    Ca tombait pourtant sous le sens, un site informatique généraliste n'allait pas écrire un article pour "20" utilisateurs d'une réelle tablette graphique...
    0