Le pire et le meilleur du Mac en 30 ans

Le départ de Steve Jobs

Apple n’est pas une entreprise sans histoire. C’est la création commune de Steve Wozniak et de Steve Jobs, et Steve Jobs, c’est avant tout un tempérament compliqué. Et ce tempérament compliqué ne plaît pas à tout le monde chez Apple, notamment à John Sculley, alors PDG de la firme, avec qui les différents étaient de plus en plus importants.

Renvoyé de sa propre boîte


Le poste de John Sculley en tant que PDG, plutôt qu’un des deux Steve, était vu lors de sa nomination en 1983 comme un placement stratégique. En effet, Sculley arrivait fraîchement d’un poste de PDG dans une des entreprises les plus puissantes des États-Unis à l’époque : Pepsi-Cola. Le placer à un tel poste au sein d’Apple était donc une provocation directe au grand rival d’Apple à l’époque, IBM, alors que les compétences de ce PDG ne sont plus à démontrer.

Mais Sculley ne s’entend pas avec le capricieux Steve Jobs, et c’est en 1985 que le papa attitré de Macintosh va devoir faire ses valises et quitter la société qu’il a lui-même fondé. Si Apple continuera ainsi son bonhomme de chemin, sortant encore et toujours des machines qui continueront de marquer l’industrie, il va tout de même se passer quelques années avant que celle-ci se trouve dans un moment de flottement, pendant laquelle les PDG vont se succéder à la tête de la firme. En 1993, John Sculley quitte ses fonctions et est remplacé par Michael Spindler, avant de céder à son tour sa place en 1996 à Gil Amelio.

Période creuse pour Apple


Pendant que les présidents se suivent et ne se ressemblent pas, Macintosh, lui, voit peu à peu sa côte de popularité s’éroder auprès du public, et ce pour plusieurs raisons. Des évolutions peu notables ou peu adaptées aux demandes, le fameux « design Apple », si cher à Steve Jobs, ne fait manifestement plus partie des créations de l’entreprise, le système d’exploitation, malgré ses améliorations notables, stagne et n’évolue au final que peu, sans compter la montée en puissance du PC et de Windows, qui n’est pas compatible avec les ordinateurs d’Apple... Bref, Macintosh peine à convaincre.

Au milieu des années 90, Apple cherche donc à racheter les droits d’un autre système d’exploitation afin de l’adapter à Macintosh, et ainsi relancer son propre système Mac OS. Des négociations avec BeOS sont entamées mais n’aboutiront jamais, le pris demandé étant trop élevé. C’est alors vers Steve Jobs et son entreprise NeXT que la Pomme va se tourner, afin de lui racheter le système NeXTSTEP (ainsi que toute la structure NeXT), qui va servir de base à la création de Mac OS X. Steve Jobs est de retour en 1996 chez Apple et y prend alors le poste de PDG intérimaire en 1997.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
4 commentaires
    Votre commentaire
  • Vindicien
    Dans votre description de l'iMac version 1 vous oubliez deux choses importantes et qui vont changer… la face du Mac et de l'ordinateur en particulier. Premièrement l'abandon de la disquette, alors incontournable à l'époque. Et l'adoption d'un port USB, déjà utilisé sur PC mais plutôt marginal et qu'Apple va propulser sur le devant de la scène en abandonnant son protocole maison ADB.Sur l'aspect innovation, vous auriez pu citer deux autres produits avant-gardistes : le Newton, premier PDA avec la reconnaissance de l'écriture. Et le QuickTake, première appareil photographique numérique grand public. Deux innovations apparues trop tôt et qui furent un flop économique mais qui permettent certainement de mieux comprendre pourquoi l'iPhone est ce qu'il est aujourd'hui et pourquoi Apple a su prendre ses concurrents de vitesse…. dès 1990 (et peut-être avant), Steve Jobs avait déjà imaginé le monde informatique d'aujourd'hui. Un génie visionnaire qui a su créer de toute pièce non seulement un environnement mais aussi des besoins qui vont avec et qui jusque là n'existaient pas et dont les gens aujourd'hui ne sauraient plus se passer !
    0
  • mterras
    Quelques précisions pour compléter votre excellent article, qui ne nous rajeunit pas!

    1/ Steve Jobs a eu un rôle déterminant dans le devenir du monde informatique -et de l'ingénièrie commerciale qui lui est associée-. Il était un visionnaire en marketing, mais pas un ingénieur ni un "développeur", ni un designer. Son exigence absolue lui permettait d'exploiter le talent de ses collaborateurs, en tout cas de ceux qui l'admirait suffisamment pour supporter son caractère difficile et rester à ses côtés. Il avait également un talent inégalé pour présenter les nouveautés de Apple lors des conférences.

    2/ Le combat avec (contre) Microsoft est peu évoqué dans cet article. Microsoft a pu fabriquer des systèmes qui tournaient sur des machines disparates que la firme ne fabriquait pas et dont elle ne connaissait pas les composants. Ces machines pouvaient ensuite partager des fichiers et des données. C'est ça qui a fait le succés -mérité- de MIcrosoft, et rien d'autre. Apple fabriquant lui-même ses machines et son système, l'entreprise avait moins de mal à développer un système sur un matériel connu de A à Z.

    3/ Sans Dennis Richie, co-inventeur du C et de Unix, rien de tout ça ne serait arrivé: pas de C, pas de Unix, pas de Next, ni de BSD, ni de OS X. Dennis Ritchie est décédé une semaine après Steve Jobs, et nous sommes tous des gougnaffiers de ne pas lui avoir rendu un aussi bel hommage que celui rendu à Steve Jobs -bien mérité également, cela va de soi-. Qu'ils reposent tous les deux en paix et soient assurés de tout notre respect, et de notre admiration.

    4/ Ce qui est moins anodin, c'est le verrouillage des produits Apple depuis toujours.- Les produits tout-en-un n'étaient pas "démontables" ou "bricolables" (changement de pile, de disque) à la maison par Monsieur tout le monde (les PC: si!)- Les pseudo-innovations technologiques listées de façon exhaustive justifiant des changement de systèmes (payants) et des "ruptures" de compatibilité entre matériels (itunes, mac os X, ipod, iphone, etc...). Ceci est beaucoup moins glorieux.

    5/ Point positif: le matériel Apple est fait pour durer, les systèmes "morts", càd plus mis à jour, peuvent être utilisés (Microsoft bombarde ses OS morts de patches et mises à jour dont le rôle est de saturer les disques, la RAM et d'assurer ainsi la fin de vie de votre OS) ...et de votre machine, si vous ne passez pas à Linux. Apple met même à disposition des anciens OS (6 à 7.5) pour vos vieux mac ou pour émuler vos anciennes machines...

    6/ Enfin -je suis bavard-, je vous supplie de regarder le monde libre (Linux and Co) comme une épine dans les fesses de Google, Apple et MIcrosoft -et pas comme une bande de hippies ou d'anarchistes-, épine qui fait réfléchir, stimule la concurrence et fait avancer. Cette épine DOIT EXISTER EN DEHORS DE TOUTE ENTITE ECONOMICO-INDUSTRIELLE, et c'est elle qui assure l'innovation technologique réelle. Mac OS X (et donc iOS, comporte du code issu du monde libre (Darwin, BSD). Le serveur sur lequel vous surfez en ce moment est peut-être (sans doute) un serveur Linux avec Apache?
    Aussi, faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour préserver notre liberté digitale: libre choix de notre OS, de nos matériels, de nos applications ET de notre langage de programmation (Sinon: Java l'dire à Google).
    Post librement écrit depuis un système Ubuntu 12.04...
    0
  • devisj7
    Rétrospective intéressante, merci. Je vais la faire lire à ma fille de 14 ans, très mûre et bien informée sur de nombreux sujets qui nous demandait dernièrement à quels jeux vidéos nous jouions étant enfants… années 1970-80…J'ai démarré en 1988 sur un Macintosh II. J'éditais alors annuellement un important catalogue pour la marine et un bulletin d'information mensuel. Rédactionnel, retouche et création de schémas, création de fichiers clients et de bases documentaires, je passais mes journées devant un excellent écran noir et blanc qui avait l'énorme avantage (rare à l'époque ou unique ?) de pivoter à 90° ! Bien pratique pour passer du A3 double page au A4 vertical et visualiser mes pages entières ! Une évidence depuis quelques temps à l'heure des tablettes et smartphones mais nous sommes… 26 ans plus tard !!!![ Ecrit sur un iMac power G4 Mac OS 10.4 au système poussif mais à l'écran articulé tellement génial et pratique, toujours à la bonne hauteur quelque soit la ou les personne(s) en face où leur(s) position(s) que je ne parviens pas à le lâcher !]
    0
  • Vindicien
    Anonymous a dit :
    Rétrospective intéressante, merci. Je vais la faire lire à ma fille de 14 ans, très mûre et bien informée sur de nombreux sujets qui nous demandait dernièrement à quels jeux vidéos nous jouions étant enfants… années 1970-80…


    Ah ! Les jeux vidéo de 1970… cela devait dépendre de l'endroit où l'on vivait ! Moi, en 1970, en pleine campagne, la télé était en noir et blanc et seulement accessible à l'heure de Nounours (Bonne nuit les petits), il n'y avait qu'une seule chaîne. Les toilettes était au fond du jardin, dehors ! Et pour la nuit, c'était au bon vieux pot de chambre qu'il fallait confier les envies pressantes. Bien évidemment, de salle de bain nous n'avion point et c'est dans un baquet en bois qu'il fallait se « douché » après avoir fait chauffer l'eau dans la bouilloire. Je me souviens, on utilisait un long pichet en fer émaillé blanc à bordures bleue….
    Et de jeux vidéo…. nous n'avions pas !!!! La plupart de mes jeux étaient en bois ou en tôle. La seule modernité ludique était un train électrique Jouef, mais il me fallait batailler dure pour pouvoir l'installer dans l'unique pièce à vivre de la maison. Il me faudra attendre 1981 et mon entrée au lycée pour découvrir les premiers ordinateurs de « la salle informatique » : des IBM et des Bull à l'écran ambre ou vert où l'on alignait au clavier des suites de mots, de chiffres. Mon premier Mac, je ne le verrai qu'en 1986. Jusque là, les seuls jeux électroniques auxquels j'avais pu avoir accès n'étaient autres que le flipper du bistro du village…. quand les plus grands nous laissaient l'approcher ! Et oui, dans mon enfance…. pas une seule console de jeux, pas même un ordinateur.
    Étrange, car aujourd'hui, vivre sans mon iPad ou mon Mac, voire mon iPhone est impensable !!! Et c'était il y a même pas cinquante ans ! ;)
    0