Achat micro : évitez les pièges de la rentrée

Netbooks ou portables

Lancé à l’automne 2007 avec l’Eee PC d’Asus, le netbook est en pleine conquête du marché. En 2008, ses ventes représentaient 10 % du marché des PC portables. Aujourd’hui, il est passé à 23 % de parts de marché. On le trouve désormais en pack 3G chez les opérateurs mobiles. Même Nokia vient de se lancer dans l’aventure. Vendu tout d’abord en tant que machine d’appoint, le netbook tend à devenir l’ordinateur principal pour de nombreux étudiants, par exemple.

Jolies, petites et légères, ces machines à petit budget ont, en apparence, tout pour plaire. Imbattables sur l’aspect pratique, les netbooks pèchent par leurs performances. On trouve dans la grande majorité de ces machines un processeur Atom d’Intel spécialement conçu pour l’occasion, 1 Go de mémoire vive, un disque dur de 160 Go, un écran n’excédant pas les 10 pouces et des claviers pour pianistes avertis. Peu pratiques à utiliser, les netbooks sont également les ordinateurs les moins rapides du marché, loin derrière les PC d’entrée de gamme.

Pour preuve, il suffit de consulter notre comparatif paru en début d’année opposant des portables d’entrée de gamme à des netbooks. Les résultats des tests donnent un large avantage aux portables. Seule l’autonomie est meilleure sur les netbooks. Composées d’éléments peu gourmands et aussi peu véloces, ces machines se permettent d’atteindre plus de 7 heures de fonctionnement sur batterie, comme c’est le cas du NC10 de Samsung.

Actuellement, les netbooks les plus chers tendent à rejoindre les portables d’entrée de gamme. A prix similaire, l’ordinateur portable classique reste donc la meilleure alternative pour le confort et les performances. Les netbooks ayant pour eux l’autonomie et l’encombrement.