Que se passe-t-il sous le maillot de Laure Manaudou ?

Les technologies au service des entraîneurs

Combinaisons indispensablesLes courses de natation se remportent souvent avec des écarts de temps très faibles. A l’entraînement, le nageur doit donc apprendre à optimiser chaque mouvement. Pour cela, les entraîneurs de haut niveau se servent généralement de la « modélisation en trois dimensions des nageurs », explique Philippe Hellard, directeur du département recherche à la Fédération Française de Natation. Celle-ci est réalisée grâce à un boitier placé à la ceinture du nageur, qui enregistre sa vitesse et ses accélérations à tout moment de la course. La Fédération, en partenariat avec le commissariat à l’énergie atomique de Grenoble et une société privée, a mis au point un système qui analyse les variations de vitesse du nageur. Associé à une image vidéo, ce système permet de déterminer à quels moments le nageur prend de la vitesse ou freine.

Mieux comprendre

De même, des appareils appelés « plate-formes de forces » installés sur le plot de départ et le mur du virage mesurent les forces et vitesses utilisées par les nageurs lors des deux moments clés d’une course : le départ et le virage. Toutes les données récoltées au cours de ces analyses sont ensuite transférées sur un ordinateur. L’entraîneur est alors en mesure de savoir quels sont les détails à régler pour que le nageur aille plus vite. Et si l’entraînement est primordial pour remporter une course, l’équipement donne parfois un coup de pouce aux nageurs.

Tous les articles JO de Tom’s Guide