Test du Nexus S : que vaut la nouvelle star de Google ?

De la logique d’Android

Adulé par les uns, décrié par les autres, Android est un OS mobile qui représente bien la philosophie Google en terme d’interface. Comme une majorité de ses services web, Google a une logique ergonomique bien à lui. Laissé entre les mains de plusieurs personnes non familières de l’OS et utilisatrices aussi bien d’iPhone, BlackBerry ou autres simples téléphones, l'expérience tourne parfois à la blague. 



Dépourvu de bouton physique en façade, on peine quelques instants à trouver celui dédié à l’allumage sur la tranche droite. Une fois allumé, certains ne voient pas la minuscule flèche indiquant qu’il faut faire glisser le cadenas sur la droite pour le déverrouiller. Autre incohérence, l’utilisation des boutons tactiles au bas du téléphone pour interagir avec les applications. Difficile de justifier logiquement l’utilisation du bouton présentant des traits horizontaux pour accéder aux préférences d’une application. Comment également justifier que les icônes affichées en bas du menu des applications ne soient pas actives ? Ainsi, le menu ne déroulera pas si on va les chercher pour les faire défiler avec le pouce. Les utilisateurs habitués à Android crieront à la mauvaise foi, mais cette expérience empirique est quelque peu révélatrice de la logique tarabiscotée du système.