[Test] FuelBand SE : le nouveau bracelet de Nike

Le nouveau bracelet de Nike est enfin disponible. Et l’équipementier sportif a eu, cette fois, la bonne idée de le sortir en France. Pour autant ce bracelet connecté, plus cher que ses concurrents (139€) mérite-t-il qu’on s’y intéresse ? A-t-il progressé dans sa version SE ou se contente-t-il d’ajouter de la couleur sur un gadget qui commençait à peiner face à la concurrence ?

Quel bracelet connecté choisir : notre comparatif de tous les modèles de l'année

5 raisons de craquer pour le nouveau bracelet connecté de Nike

1 Oui - Parce qu’il est (enfin) disponible en France

Lors de l’annonce du FuelBand SE, ses détracteurs lui reprochaient de très peu évoluer par rapport à la version d’origine, aussi bien esthétiquement que techniquement. Pour nous, petits français, le nouveau bracelet connecté de Nike possède une autre qualité : il est vendu en France ! Plus besoin de faire des pieds et des mains avec le site anglais de Nike ou de devoir demander un service à sa « tata qui habite à New York », il est disponible, à 139€ sur Nike.com/fr ou dans n’importe quel Nike Store de l’hexagone.

 2 Oui - Parce que Nike a vraiment bossé sur son application

La majorité des nouveautés du FuelBand SE ne se trouve pas dans le bracelet, elles sont dans l’application. Nike a mis à jour son compagnon iOS en même temps qu’il lançait son bracelet connecté, le 6 novembre dernier. Au menu des nouveautés, une toute nouvelle interface, plus complète et de nouvelles fonctionnalités. La plus notable s’appelle « Sessions » et permet désormais d’identifier les activités sportives afin d’affiner la distribution de « Fuel ».

Il est également possible d’avoir une meilleure compte rendu de ses efforts puisque Nike va un cran plus loin dans l’analyse en la détaillant pour chaque heure. Les nouvelles animations et autres badges ne changent pas fondamentalement le bracelet mais ajoutent une dose de fun à ceux qui y trouvent un intérêt. 

3 Oui - Parce qu’il donne encore plus envie de faire du sport

On n’a certainement pas besoin d’un bracelet pour choisir les escaliers plutôt que l’escalator, mais il faut bien avouer que ce dernier aide à prendre la décision. Nike joue à fond sur l’aspect motivateur de son gadget et a décidé d’insister dans ce domaine pour le SE. Désormais, le FuelBand challenge son porteur en permanence y compris sur les heures creuses, là où il le moins actif. Il est également possible de se faire encourager par son bracelet avec un « go » suivi de son petit nom : une fonction gadget qui fait son effet.

Dans l’ensemble, la majorité des nouvelles fonctionnalités du FuelBand SE a été pensée pour pousser ses porteurs à en faire plus et force est de constater qu’il est très facile de se prendre au jeu.

4 Non - Parce qu’il n’aime pas Android

L’histoire d’amour entre Nike et Apple n’a pas débuté avec le FuelBand, mais des années auparavant. Malheureusement la passion qui lie les deux marques n’est pas sans faire de victimes, à commencer par les utilisateurs d’Android et de Windows Phone. En effet, la seconde édition du FuelBand (pas plus que la première) ne propose d’application compatible avec les autres OS mobiles. Pour les possesseurs de Nexus 5, LG G2 et autres Lumia 925, il faudra donc synchroniser son bracelet avec son ordinateur.

Mais même avec  iOS, Nike reste élitiste. Car en dotant son bracelet connecté du Bluetooth 4.0, il limite la synchronisation automatique aux iPhone à partir du modèle 4S.Pour les autres téléphones à la pomme la synchronisation sera manuelle.

En revanche, pour ceux qui disposent d’un iPhone compatible (4S , 5, 5s ou 5c), l’amélioration est sensible. Terminées les longues séances de synchronisation parfois laborieuses. Le processus est automatique, rapide et à priori sans impact majeur sur l’autonomie. 

5 Oui - Parce qu’on peut être copains de bracelet

Dès le premier FuelBand, la dimension communautaire du bracelet connecté était évidente. Chaque possesseur pouvait se lier aux autres en passant par son compte Nike+. Il était même possible de comparer son fuel avec celui des meilleurs sportifs partenaires de l’équipementier sportif.

Toutes ces interactions existent toujours, mais Nike en a ajouté une qui rend son bracelet encore plus fun : les groupes d’amis. Comme son nom l’indique cette fonctionnalité permet de créer de petits groupes dans lesquels les possesseurs peuvent se concurrencer ou simplement voir l’activité de leurs amis. C’est plus convivial que le site et ça offre de nouveaux défis. 

Verdict : le FuelBand SE de Nike réussit presque un sans faute. En un an l’équipementier a su faire évoluer son bracelet et l’a doté des principales capacités de ses concurrents. Tout juste peut-on lui reprocher l’absence d’un vibreur et de l’analyse du sommeil. Pour le reste, le FuelBand s’améliore que ce soit sur sa facilité d’utilisation (synchronisation auto) son application iOS et même sa capacité à nous faire bouger. Le seul véritable bémol concerne la version Android, injustement oubliée par Nike.   

Lire Notre test du Nike FuelBand original

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
2 commentaires
    Votre commentaire
  • Nhog
    Je ne suis pas du tout d'accord avec ce test ! D'une part, quand on voit les concurrents, comme le fitbit flex ou le jawbone up, le fuelband se est d'une mocheté sans nom. Et même si l'esthétique n'est pas l'objectif principal, c'est quand même un point important.
    Ensuite, cet article donne l'impression que le fuelband se a énormément de fonctionnalités alors que c'est exactement l'opposé ! Il ne compte pas les étages gravis et pire que cela, sont accéléromètre est bien inférieur à celui d'un fitbit flex. Par exemple, si vous prenez la voiture pour aller quelque part, vous vous retrouvez avec une centaine de points de plus à la sortie. Si par exemple, vous êtes assis sur votre chaise à bosser sur ordi toute la journée : à nouveau des centaine de points ajoutés. Et des exemples comme cela j'en ai encore des tonnes. Depuis que je l'ai je n'arrête pas de rager contre cette énorme daube !
    On peut aussi rajouter les fonctionnalités de suivi du sommeil qui n'existe pas chez le fuelband alors qu'on les a sur le fitbit flex ou le withings pulse...
    Je terminerai par l'interface nike+ qui a des années lumières de retard sur celle de fitbit.
    Quand on sait que le fuelband est plus cher qu'un fitbit flex, ou qu'un withings pulse (qui en plus de la fonction podomètre intégre un lecteur de fréquence cardiaque pour le même prix). Bref : fuyez à tout prix ce fuelband se !!! Et achetez plutôt un withings pulse, un fitbit flex ou un jawbone up
    0
  • Jelliol
    En plus qu'il soir finalement disponible que sur iOS et pas sur Android ca prend tout son sens...
    0