Edward Snowden : neuf mois de révélations

Les écoutes téléphoniques diplomatiques

Angela Merkel et Dimitri Medvedev ont tous deux été écoutés par la NSA (crédit : CC BY Kremlin.ru)Angela Merkel et Dimitri Medvedev ont tous deux été écoutés par la NSA (crédit : CC BY Kremlin.ru)D’après plusieurs articles et documents révélés par le magazine allemand Der Spiegel, la NSA ne se serait pas contenté de recueillir et d’analyser les données de terroristes potentiels, mais aurait également écouté pendant plusieurs années les téléphones mobiles de la chancelière allemande Angela Merkel, le président russe de l’époque, Dimitri Medvedev, les corps diplomatiques de plusieurs pays européens ou les sièges de l’ONU ou de l’Agence internationale de l’énergie atomique.

  • Dès le 17 juin 2013, le Guardian révèle que certaines cibles des systèmes de surveillance sont des personnalités diplomatiques. Ainsi, le GCHQ, l’organe gouvernemental anglais chargé des renseignements, a écouté les communications de plusieurs intervenants du G20 de Londres qui se tenait en 2009, dont le président russe de l’époque, Dimitri Medvedev.
  • Toujours en juin, c’est cette fois le journal allemand Der Spiegel qui indique que la NSA avait mis sur écoute la représentation diplomatique de l’Union Européenne à Washington, capitale des États-Unis, comme à New York, au siège de l’ONU. « Non seulement des mouchards ont été installés dans le bâtiment au centre de la capitale américaine, mais le cœur du réseau informatique a également été infiltré. De cette façon, les Américains n’ont pas seulement accès aux réunions, mais également aux e-mails et aux documents stockés sur les ordinateurs », explique Der Spiegel. Le 25 août 2013, le magazine allemand disposait de nouveaux documents selon lesquels la NSA accédait au système de visioconférence interne au siège de l’ONU et donc assistait à 438 réunions diplomatiques en une semaine en 2012. Le même type d’espionnage aurait également été effectué au siège de l’AIEA, l’agence atomique, basée à Vienne en Autriche.
  • Le ministère français des Affaires étrangères, d'après Der Spiegel, a lui aussi été espionné par la NSA qui a pénétré le réseau informatique du quai d’Orsay malgré le VPN le protégeant. Fin octobre, Le Monde reprenait ces révélations en précisant que plusieurs outils avaient été utilisés par la NSA pour espionner la diplomatie française comme des logiciels espions, des copies de disque dur ou la surveillance des imprimantes. Des informations qui auraient été utilisées par les États-Unis afin de pousser les pays espionnés, dont la France, à voter en faveur d’une résolution du conseil de sécurité de l’ONU visant à sanctionner l’Iran.
  • Enfin, en octobre 2013, Der Spiegel révélait, documents de la NSA à l’appui, que le téléphone portable de la chancelière allemande Angela Merkel, avait été mis sur écoute par les renseignements américains depuis 2002.

« Ce genre de programme pourrait être utilisé pour obtenir davantage de renseignements sur nos vies privées, et ouvrir la voie à des programmes de collecte plus indiscrets », a craint Barack Obama, appelant à une réforme des programmes de surveillance. En effet, mi-janvier, le président américaintentait de rassurer les pays partenaires des États-Unis en leur promettant la fin de tout espionnage de pays amis.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
2 commentaires
    Votre commentaire
  • Morlunapp
    Il a accouché de pas mal d'infos en gros.
    0
  • Johan_et_Pirlouit
    - Page 1 :
    Citation:
    Le programme Prism ne vise cependant pas les citoyens américains, dont la vie privée est protégée par la constitution.

    Faux. En tout cas tant que la loi n'a pas été réellement amendée. Il suffit de se renseigner un peu sur le USA PATRIOT Act. Source > http://fr.wikipedia.org/wiki/USA_PATRIOT_Act. Mais Tom's Hardware étant américain, il est normal qu'il préserve ses lecteurs et ne fâche pas les hautes instances, même si Obama a demandé à amender cette loi pour revenir à plus de protection des données personnelles... Mais on ne sait pas si ça a été fait réellement.

    - Page 3 :
    Citation:
    Au total, ce seraient 180 millions d’opérations qui auraient été intégrées à Tracfin, la base de données financière de la NSA.

    TRACFIN (Traitement du Renseignement et Action contre les Circuits FINanciers clandestins) est un organisme du Ministère de l'Économie et des Finances chargé de la lutte contre le blanchiment d'argent. Source > http://fr.wikipedia.org/wiki/TRACFIN. C'est Français et ça n'a pas de lien direct avec la NSA. Vous parlez de quel Tracfin ?

    - Page 4 :
    Citation:
    Une collecte de données qui aurait été effectuée sur la planète entière à l’exception des Américains, en raison de la protection que la constitution américaine leur assure.

    Comme pour la page 1, c'est pour l'instant faux, le USA PATRIOT Act passant par là.
    0