Edward Snowden : neuf mois de révélations

La surveillance des applications mobiles

Après les e-mails, les SMS ou les appels téléphoniques, la NSA s’est également tournée vers les jeux mobiles. D’après un article du Guardian publié le 28 janvier, l’agence américaine aurait en effet accès à certaines informations des utilisateurs de smartphones utilisant des jeux tels qu’Angry Birds.

Angry Birds, nid d’espion. C’est en effet ce qui ressort de l’enquête du Guardian, encore une fois appuyée par les documents révélés par Edward Snowden. D’après le quotidien britannique, la NSA intercepterait en effet les données communiquées par plusieurs dizaines d’applications mobiles afin d’enrichir sa base de données. Si certaines données sont plutôt anodines comme le modèle du téléphone utilisé ou la taille de l’écran, nécessaire à l’optimisation de l’application, d’autres sont bien plus personnelles. Parmi les types de données interceptées par la NSA, le Guardian cite en effet l’âge, le genre ou la géolocalisation de l’individu, mais aussi son orientation ou ses habitudes sexuelles.

Les documents recueillis par le Guardian n’indiquent néanmoins pas l’ampleur des données interceptées par la NSA, mais précisent qu’elle ne touche pas les citoyens américains et que seules des « cibles valides de renseignements étrangers » font l’objet de cette collecte de données.

Suite à ces révélations, des hackers ont décidé de s’attaquer au site Internet de Rovio, l’éditeur du jeu Angry Birds, afin de le défacer et de rebaptiser temporairement le nom de l’application en « Spying Birds ». Si le jeu populaire est le seul explicitement cité dans l’article du Guardian, il n’est pas le seul touché et d’autres applications, demandant des données plus personnelles aux utilisateurs, sont également ciblées par la NSA. L’agence profite en effet de la faible sécurisation des données envoyées pour recueillir le plus d’informations possible. Afin de sécuriser le transfert des données, Mikael Hed, PDG de Rovio, a annoncé que l’application utiliserait désormais des agences de publicité recueillant les données des utilisateurs de manière plus sécurisée. D'après lui, l'interception des données par l'agence américaine serait en effet dû à un manque de sécurisation des protocoles utilisés par les régies affichant des publicités sur Angry Birds.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
2 commentaires
    Votre commentaire
  • Morlunapp
    Il a accouché de pas mal d'infos en gros.
    0
  • Johan_et_Pirlouit
    - Page 1 :
    Citation:
    Le programme Prism ne vise cependant pas les citoyens américains, dont la vie privée est protégée par la constitution.

    Faux. En tout cas tant que la loi n'a pas été réellement amendée. Il suffit de se renseigner un peu sur le USA PATRIOT Act. Source > http://fr.wikipedia.org/wiki/USA_PATRIOT_Act. Mais Tom's Hardware étant américain, il est normal qu'il préserve ses lecteurs et ne fâche pas les hautes instances, même si Obama a demandé à amender cette loi pour revenir à plus de protection des données personnelles... Mais on ne sait pas si ça a été fait réellement.

    - Page 3 :
    Citation:
    Au total, ce seraient 180 millions d’opérations qui auraient été intégrées à Tracfin, la base de données financière de la NSA.

    TRACFIN (Traitement du Renseignement et Action contre les Circuits FINanciers clandestins) est un organisme du Ministère de l'Économie et des Finances chargé de la lutte contre le blanchiment d'argent. Source > http://fr.wikipedia.org/wiki/TRACFIN. C'est Français et ça n'a pas de lien direct avec la NSA. Vous parlez de quel Tracfin ?

    - Page 4 :
    Citation:
    Une collecte de données qui aurait été effectuée sur la planète entière à l’exception des Américains, en raison de la protection que la constitution américaine leur assure.

    Comme pour la page 1, c'est pour l'instant faux, le USA PATRIOT Act passant par là.
    0