De la HD pour les JO

Différentes techniques d'enregistrement

Avant toutes compétitions sportives, les moyens humains et les équipements d’interview, d’enregistrements du son et de l’image sont placés aux endroits stratégiques. Il faut capturer chaque action, mais aussi obtenir les scènes sous différents angles, qui permettront à la production de rendre le programme plus animé. C’est ainsi qu’outre la traditionnelle caméra sur piédestal, on rencontre de nombreuses autres techniques de tournage.

Les différentes techniques de tournage

- Dolly : C’est un support de caméra sur roues ou rails qui permet de faire des travelling.
- Skycam : caméra suspendue au dessus du terrain à l’aide de 4 câbles et permettant d’en couvrir la superficie totale. Le chariot qui accueille la caméra peut se déplacer horizontalement et verticalement ou cumulé les 2 mouvements.
- Flycam : caméra montée sur un hélicoptère téléguidé.
- Hydroflex : caméra enfermée dans un coffre étanche qui permet de filmer sous l’eau.
- Steadicam : caméra montée sur un système stabilisateur (bras articulé et harnais) permettant la prise de vue à la volée. L’opérateur peut ainsi marcher, courir, se déplacer sur terrain accidenté, tout en gardant une image stable.
- Strada crane ou polecam : grues pour caméra pouvant atteindre pour la première, une longueur de 25 m.

Une armée de caméras

Ces matériels sont disposés aux abords du terrain mais aussi dans la tribune des commentateurs, dans la zone de conférences de presse et aux accès des équipes sportives au terrain. Reste les équipements d’interview, qui se déplacent un peu partout pour accomplir leur tâche.

Les enregistrement se feront en 1080i par des caméras HD, complétées d’objectifs 11x, 17x, 21x, 55x, 72x, 86x et 100x. Ce dispositif sera complété de caméras loupes, spécifiquement conçues pour filmer trois fois plus vite que la vitesse normale, afin d’obtenir des ralentis d’excellente qualité.