Panasonic DMC-FZ18 : un bridge de précision

Présentation

Sur le marché des appareils photo numériques, le Bridge est à mi-chemin entre le Compact et le Reflex. Le Panasonic DMC-FZ18 fait partie de cette catégorie d’appareil photo. Ce positionnement ambivalent n’empêche pas les constructeurs de s’intéresser de plus en plus à ce genre de modèle. Le FZ18 de Panasonic est-il aussi maniable qu’un compact ? Peut-il rivaliser avec un Reflex ?

Caractéristiques
Dimensions 112,5 x 72,2 x 79 mm
Capteur photo 8,1 mégapixels
Mémoire interne 27 Mo
Cartes-mémoires compatibles SD, SDHC et MMC
Poids 401 g
Prix

Une qualité photo appréciable

Une belle finesse d’image

Le Panasonic DMC-FZ18 propose un piqué d’une finesse exemplaire. Les détails sont ainsi marqués, résultat : les photos sont très réalistes et fidèles au sujet photographié. On apprécie également l’absence de bruit, surtout en mode automatique. En effet, ce dernier gère très bien la réduction de l’effet bruit sur les clichés. En mode manuel par contre, il faudra bien sélectionner l’ISO correspondant, sous peine de rater votre photo.

Des couleurs un peu fades

La gestion de la lumière et des contrastes est très réussie. Tant et si bien qu’on ne constate aucune frange violette sur un cliché où se mêlent deux zones à forts contrastes. Par contre sur certaines photos, les blancs peuvent être « grillés », soit un peu trop saturés. Au niveau des couleurs, on sent une petite baisse de régime de la part du Panasonic FZ18. En effet, le rendu est un peu dénaturé. Les couleurs sont en général assez ternes. C’est d’ailleurs l’un des seuls défauts que l’on pourrait lui attribuer en termes de qualité photo.

Un bridge complet

Des fonctions diverses et variées

Un des avantages de ce bridge est qu’il entièrement débrayable. En effet, il propose divers modes de prises de vues, dont un mode manuel où vous aurez tout le loisir d’effectuer vos propres réglages (vitesse d’obturation, ouverture focale, sensibilité ISO, etc.). On appréciera également son mode vidéo efficace qui propose une résolution maximum de 640 x 480 en 30 images par seconde.

En supplément, vous retrouverez quelques possibilités de retouche photo, comme le recadrage ou encore une fonction qui permet de donner des titres aux photos directement par le biais de l’appareil. Panasonic a même poussé le concept encore plus loin puisqu’en mode scène, vous trouverez par exemple une section « animal domestique » où vous pourrez indiquer le nom et l’âge de votre compagnon. C’est un peu recherché, certes, mais l’anecdote est amusante.

Un zoom puissant

L’une des grandes particularités de ce modèle est sans conteste son zoom optique 18x. Quand il est au maximum, la photo ne perd pas en qualité, ce qui est réellement appréciable. La distance focale de cet appareil s’étend entre 28 et 504 mm en équivalence 35 mm. Ce qui veut dire que l’objectif de base est grand angle. Un point positif supplémentaire à accorder à ce modèle.

Une connectique filaire complète

Aucune technologie sans fil n’est intégrée à ce modèle. Néanmoins, il est doté des connectiques nécessaires à sa bonne utilisation. On retrouvera donc une sortie TV et le traditionnel USB. Il bénéficie aussi de la norme PictBridge ainsi que d’un port de carte SD/ MMC, compatible SDHC.

Une ergonomie étudiée

Un bridge réactif et précis

Avec une moyenne de 6 prises de vues en 10 secondes, le Panasonic DMC-FZ18 est très rapide. Cette impression se confirme lors de l’utilisation globale de cet appareil. Il s’allume en un rien de temps et la navigation dans les menus est fluide et vive. L’autofocus est précis et réactif. Cette rapidité est d’ailleurs l’un des atouts bien connus des appareils photo de chez Panasonic. La fonction de détection des visages est plutôt bien gérée, même avec plusieurs personnes sur la photo.

Une utilisation agréable

Loin d’atteindre les dimensions d’un compact, le FZ18 se rattrape par une ergonomie qui facilite l’usage au quotidien. Il tient bien en main grâce à une forme adaptée, qui épouse bien la forme de la main. Pour plus de simplicité, le zoom et le déclencheur sont réunis et les différentes touches de réglages sont disposées de façon étudiée à droite de l’appareil. On regrette par contre que ces dernières soient un peu trop petites. Autre point fort de cet appareil : son écran. Outre la possibilité de basculer entre le viseur et l’écran LCD par le biais d’un bouton, on affectionne particulièrement la qualité d’image de ce dernier. Doté d’une diagonale moyenne de 2,5 pouces, il est lisible et lumineux. La luminosité est d’ailleurs réglable via les menus.

Une finition solide pour un design sordide

Une finition robuste

Le Panasonic DMC-FZ18 ne pèse que 400 grammes, ce qui est peu pour un bridge. Ce poids est en partie dû au fait des matériaux utilisés pour sa conception. En effet, on regrette un plastique de mauvaise facture, trop léger. L’appareil serait presque assimilable à un jouet tant le boîtier sonne creux. Malgré tout, les différentes trappes (batterie, carte mémoire, sortie TV, etc.) sont solides et les boutons ne présentent aucun jeu ni craquement. L’ensemble laisse une impression de solidité, malgré ses matériaux.

Un design à couper au couteau

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le design n’a pas été une priorité pour Panasonic lors de la conception de ce modèle. L’ensemble est assez grossier et massif. Il reste néanmoins plus compact que ses prédécesseurs et aussi plus léger, ce qui est un réel avantage.

Le contenu du package et notre verdict

Le contenu de la boîte du Panasonic DMC-FZ18 est relativement complet. En effet, on y retrouve les sempiternels chargeur de batterie, câble USB et notice utilisateur. En supplément, il y aura une dragonne, un câble A/V, et un pare-soleil pour l’objectif. Panasonic propose également une suite de logiciels adaptés pour visionner, retoucher et gérer vos photos.

Panasonic DMC-FZ18
Derrière son design austère le Panasonic DMC-FZ18 cache des performances poussées. Photographes avertis soyez heureux, cet appareil est un parfait compromis entre un compact trop juste et un reflex trop coûteux.
  • Les plus
  • Les moins
    • Sa finesse d’image
    • Son ergonomie
    • Son autofocus performant
    • Ses matériaux de conception
    • Le bruit numérique remarqué dès ISO200