http://media.bestofmicro.com/R/0/564732/original/PC_hybrides.jpg

PC hybride : comment choisir ? Lequel acheter ?

Le netbook 2.0

En 2007, Asus présentait son Eee PC, un ordinateur portable de 7 pouces exploitant la plateforme Atom d’Intel. Machine compacte aux performances limitées, mais très abordable, il a donné naissance à une nouvelle catégorie de machines : les netbooks. La concurrence n’a pas tardé à lui emboîter le pas. Chacun y allait alors de son netbook maison.

Huit ans plus tard, l’histoire se répète, mais depuis les technologies ont évolué et le marché a connu le déferlement des tablettes tactiles. Ce que l’on appelle officieusement le netbook 2.0 s’est donc modernisé pour faire face à ce nouvel usage. Le PC hybride est né.

L'Atom aux commandes

Nouvelle coqueluche des constructeurs d’ordinateurs portables depuis 2012, cette machine mêle l’avantage d’une tablette, avec un écran tactile détachable, au confort de l’ordinateur, avec un dock-clavier. Onéreuse au début, elle s’est démocratisée au fur et à mesure grâce notamment à l’utilisation d’une vieille connaissance : l’Atom d’Intel, la même gamme de processeurs qui équipaient une partie des netbooks.

De multiples références à plus ou moins 400 euros s’affrontent désormais sur les étales des magasins. Comment s’y repérer ? Quels sont les éléments à prendre en compte ? Quelles sont les caractéristiques à éviter ? Ce guide vous accompagne dans votre recherche du meilleur PC hybride adapté à vos besoins.

>>> Consulter notre guide d'achat : Test Ultrabook : 30 modèles au banc d'essai

Notre sélection

PC hybride - L'écran

Asus T100 ChiAsus T100 Chi

On ne choisit pas un PC hybride comme un ordinateur classique. Comme son nom l’indique, il se transforme en tablette en un tour de main. Bien que l’on attende la présentation d’un iPad Pro de 12 pouces en 2015, le gros du marché se situe entre 7 et 10 pouces. Il en va de même pour le PC hybride qui se doit d’être facilement glissé dans un sac et non dans une sacoche dédiée. A noter que certains constructeurs, comme Acer, prévoient de lancer prochainement des hybrides de 11 et 12 pouces.

Le choix de la taille de la diagonale est donc laissé à la discrétion de chaque utilisateur. Un seul bémol : il ne faut jamais oublier qu’une machine de 10 pouces offrira le plus souvent un clavier plus espacé qu’une de 8,9 pouces. Si de longues séances de saisie sont à prévoir, c’est un élément à ne pas négliger.

La définition minimale

800 x 480 pixels. Les amateurs auront reconnu ici la définition de l’écran de 7 pouces de l’Eee PC 701. Par la suite, les netbooks ont majoritairement évolué vers du 1024 x 600 pixels pour des diagonales comprises entre 8,9” et 10”. Il aura fallu attendre 2010 pour avoir des machines HD en 1366 x 768 pixels.

Les constructeurs de PC hybrides reprennent aujourd’hui cette même définition pour leurs machines d’entrée de gamme, même si l’on trouve encore du 1280 x 800 pixels. Ainsi, avec n’importe quelle tablette sous Windows 8, on peut tout de même profiter d’un film en 720p. Mais les PC hybrides observent également une montée en gamme qui permet aux consommateurs de profiter d’une définition d’image encore plus précise. Ainsi, le nouveau Switch 10 d’Acer, fortement inspiré de l’Aspire S7, offre un écran de 10 pouces Full HD de 1920 x 1200 pixels.

On peut bien grimper plus haut avec du Quad HD (2560 x 1440 pixels) comme sur le T300 Chi d’Asus, mais là on s’éloigne immédiatement du concept de netbook 2.0 et de son tarif abordable.

Bien que nous n’ayons encore pas vu de PC hybride dans des définitions inférieures à 1366 x 768 pixels, on recommandera volontiers de faire attention à ce détail lors de l’achat. Cette définition HD-ready est suffisante pour tous les usages actuels. En deçà, la différence avec les écrans actuels risque de choquer. Pour plus de confort, un modèle Full HD est idéal.

La qualité de la dalle

Dernier point concernant l’écran du PC hybride : ses caractéristiques. Luminosité, contraste et angle de vision sont autant de paramètres qui peuvent être plus ou moins bons d’une machine à l’autre. Malheureusement, il est impossible de les juger sur fiche technique. Soit on se rend en magasin pour tester les machines sur place, soit il faut s’en remettre aux multiples tests lisibles en ligne ou dans des magazines spécialisés. Ce sont eux qui pourront alors permettre au consommateur de déterminer si un modèle est à éviter à cause de son mauvais étalonnage.

>>> Consulter notre guide d'achat : Tablettes : laquelle acheter ? Comment choisir ?

PC hybride - Le processeur

Les Core i3, i5 et i7 restent cantonnés aux machines milieu et haut de gamme. Pour leurs PC hybrides low-cost, les constructeurs se tournent une nouvelle fois vers la solution Atom d’Intel. Cette puce peu coûteuse était déjà installée dans les netbooks. Elle a suivi les évolutions des architectures pour en arriver à l’actuelle : Bay Trail.

L'Atom, plus puissant que jamais

Dernière évolution en date des processeurs Intel, elle offre une gamme Atom plus performante que jamais. A l’usage, pour des tâches de bureautique, de la vidéo ou encore de la navigation Internet, un Atom Bay Trail haut de gamme, comme le Z3795, s’avère aussi performant qu’un Core i3. Ce dernier tire néanmoins son épingle du jeu lors de l’exécution de programmes lourds, de quoi légitimer encore l’achat d’un PC plus onéreux.

Côté image également on a droit à une amélioration. Les derniers Atom ont abandonné le PowerVR au profit d’un dérivé des processeurs HD Graphics Ivy Bridge (HD 4000). Pas de quoi lancer GTA V sur son Tablet PC, mais ça assure au moins la lisibilité d’un contenu Full HD et le fonctionnement de jeux anciens.

Autre atout des récents Atom, leur gravure en 22 nm qui leur permet de se passer de système de refroidissement actif. Fini les ventilateurs qui tournent à plein régime. Bay Trail offre du silence.

Du moins cher au plus cher : 8 % de différence

Bien entendu, le Z3795 dont on parle plus haut n’est pas installé dans tous les PC hybrides bon marché. Une montée en gamme s’opère avec une belle différence de prix. Ainsi, le T200 d’Asus qui en est équipé est vendu un peu moins de 600 euros, alors qu’un Toshiba Click Mini dépasse à peine les 300 euros avec un Z3735. La différence est de 500 MHz à plein régime et une puce graphique un peu plus rapide sur le Z3795. En réalité, le gain de puissance n’est pas marquant dans un usage quotidien ; moins de 8 %, rapportent les tests du site CPUboss.

PC hybride - La mémoire vive

Dell Venue 11 ProDell Venue 11 Pro

La quantité de mémoire vive embarquée dans un PC hybride dépend tout d’abord de son processeur. Certains Atom n’acceptent pas plus de 2 Go de RAM, comme les très répandus Z3735 et Z3740. Pour bénéficier du double, il faut se tourner vers un Z3770 ou supérieur.

Dans ce cas, rien ne garantit non plus que le constructeur installe dans sa machine autant de mémoire qu’elle peut en supporter. Ainsi, malgré son Atom Z3795, la Dell Venue 11 Pro n’est disponible qu’avec 2 Go de mémoire vive, même en personnalisation.

PC hybride - Le stockage

Acer Switch 10Acer Switch 10

Le SSD est à l’honneur sur les PC hybrides. Rapide, silencieux et surtout très compact lorsqu’il est fixé à la carte-mère, il est un composant de choix pour le stockage. Néanmoins, bien que répandu aujourd’hui, il reste cher. Aussi, on ne trouve pas plus de 16, 32  Go ou 64 Go sur les PC hybrides d’entrée de gamme. Un espace assez limité qui ne permettra pas d’installer autant de logiciels que souhaité ou stocker ses musiques, photos ou vidéos à volonté. D’autant plus que l’installation de Windows 8 occupe déjà une partie dudit SSD.

Pour plus de confort, certains constructeurs ont opté pour une solution hybride faisant cohabiter SSD et disque dur classique. On obtient alors une machine pouvant offrir jusqu’à 750 Go de stockage, sans compter le SSD.

>>> Lire : SSD : 10 raisons de craquer

Disque dur externe (Wi-Fi) ou carte SD

Pour pallier le manque de place sur le PC convoité, il est toujours possible de lui associer un disque dur externe. Si celui-ci n’est pas pratique d’utilisation à cause de son câble USB, il est à noter qu’il existe des solutions Wi-Fi capables de se connecter sans fil à l’ordinateur. Autre option, utiliser le port SD ou microSD le cas échéant. On peut y introduire une carte de 64 Go pour une trentaine d’euros supplémentaires, une solution à bas coût pour étendre l’espace disque.

>>> Lire : [Test] Les disques durs Wi-Fi pour iPad valent-ils le coup ?

PC hybride - La batterie

Toshiba Click MiniToshiba Click Mini

Avec des performances limitées et donc une chauffe réduite, la plateforme Atom offre une belle autonomie aux machines qu’elle équipe. Les PC hybrides peuvent donc se targuer de dépasser les cinq heures de fonctionnement avec une utilisation mixte mêlant vidéo, navigation Internet et bureautique.

Une ou deux batteries

Encore mieux, cette autonomie n’est que celle offerte par la batterie de la partie tablette, soit l’écran de la machine. Quelques constructeurs ajoutent une batterie secondaire dans la partie clavier, de quoi prolonger encore le plaisir. De cinq heures, on passe alors à près de sept heures sur le Click Mini de Toshiba. Certes, on est encore loin des performances offertes par un iPad, mais c’est louable pour une machine sous Windows 8.

Si le PC hybride convoité doit être majoritairement utilisé en mode tablette, la batterie secondaire n’est pas un critère principal. En revanche, si de longues périodes de saisies sont à prévoir loin d’une prise, elle peut s’avérer être un élément déterminent lors de l’achat.

PC hybride - Les ports

Comme tout ordinateur qui se respecte, le PC hybride dispose également de toute une panoplie de sorties disposées de part et d’autre de son châssis.

En fait, pas tant que ça. Par souci de finesse, les constructeurs ont tendance à limiter ces ports additionnels, s’inspirant volontiers d’Apple et de l’unique port USB-C du MacBook. Ainsi, le T100 Chi d’Asus n’a même pas un port USB classique, mais simplement des microUSB, à l’acheteur de trouver le câble idoine pour y brancher une clé USB ou une souris.

Pour être à l’aise, un port USB classique (sur le dock-clavier) ainsi qu’une sortie HDMI sont un minimum, selon nous. En mode tablette, tous ne proposent ces ports qu’au format micro, l’épaisseur de cette partie ne permettant pas d’intégrer des prises standard.

PC hybride - La finition

Toshiba Click MiniToshiba Click Mini

Le concept du PC hybride repose sur un élément principal : sa charnière. C’est elle qui fait le lien entre son clavier et son écran, celle qui permet de les séparer ou de les attacher. Manipulée fréquemment, elle doit être pratique et aisée à utiliser. Le mieux est un modèle aimanté qui ne demandera pas beaucoup d’efforts de la part de l’utilisateur tout en assurant une bonne tenue de l’ensemble. On trouve également des modèles avec bouton de sécurité, moins pratiques.

HP Pavilion X2HP Pavilion X2

Le design

Vient enfin le dernier point : l’aspect cosmétique de la machine. Métal ou plastique, c’est au consommateur que revient le choix du matériau de sa machine. La finition est tout aussi importante que le reste, d’autant plus que certains PC hybrides peuvent ne pas bénéficier d’une attention suffisante de la part de leurs constructeurs. C’est pour cela qu’il faut essayer une machine en magasin ou se référer aux tests spécialisés pour savoir à quoi s’attendre. Solidité et finitions vont souvent de pair.

PC hybride - Les PC hybrides de 2015

Loading...

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
1 commentaire
    Votre commentaire
  • dadaetdom
    Une fois encore, les appareils testés 5 étoiles par les testeurs ne sont pas mentionnés dans les produits attachés...
    0