La photo numérique et le sport

Le numérique face à l'argentique...

Le petit monde de la photo a beaucoup évolué ces dernières années. La Grosse révolution : l’abandon de l’argentique pour le numérique. Sans aucun regret pour Pierre Lahalle, qui avoue avoir peu gouté aux pellicules.

« Le numérique a révolutionné pas mal de choses. On n’a plus le même rapport d’agrandissement. De 400 mm, on passe à 560… C’est multiplié par 1,3. L’écran pour vérifier nos prises, c’est un gain de temps énorme ! » Un gain de temps, sur le vif pour le photographe. Mais également pour le support. La transmission des fichiers numérique est extrêmement rapide, « en trois minutes, je leur envoie tout ! », précise-t-il. Ce qui simplifie les bouclages tardifs.

Une technologie plus flexible

Plus de rapidité, mais également plus de choix parmi les clichés envoyés. Des atouts indéniables pour la presse quotidienne, toujours en quête de temps. « C’est sûr, le numérique n’a pas le grain, la finesse des anciennes pellicules. Pour nous la qualité numérique suffit. C’est sûr que les magazines de grands voyages, avec des vues panoramiques, énormément de paysages, le film reste le meilleur. »

Un choix énorme, mais parmi toutes les prises, une photo préférée ? Joker ! « Je suis trop perfectionniste, et pour moi on peut toujours faire mieux ».

L’exigence, la perfection… ingrédients de photos réussies, dans quelques semaines dans la capitale chinoise.