De Napster à Pirate Bay : 10 ans de chasse aux pirates (1 sur 3)

Le début de la fin pour Napster

Avant de saisir la justice, précisons tout de même que les producteurs de disques ont tenté une entente cordiale avec Napster. Ainsi, entre octobre et novembre 1999, les majors ont négocié avec Eileen Richardson, embauchée par Fanning pour diriger sa jeune société, afin de mettre en place un système de distribution légal. Mais ces tentatives d’entente furent totalement vaines, tant Richardson était apparemment peu encline au dialogue. Certains témoignages de l’époque rapportent des discussions téléphoniques extrêmement bruyantes et houleuses avec les pontes de l’industrie musicale. Bref, le dialogue était rompu et, le 7 décembre, la RIAA dépose plainte contre Napster pour violation de copyright. Elle réclame 100 000 dollars pour chaque chanson téléchargée. Impossible de faire le calcul de la somme totale, tant celle-ci parait délirante.

Premières ripostes

La mèche est allumée pour de bon et annonce un chemin de croix douloureux pour la société de Fanning. Outre les maisons de disques, quelques artistes portent plainte par eux-mêmes. Certains se souviennent sûrement de la colère du groupe Metallica ou du rappeur/producteur Dr Dre. Après avoir découvert que la quasi-intégralité de leur nouvel album était disponible sur le web avant même sa sortie, Metallica n’a pas hésité à traquer les utilisateurs du service, en donnant leur nom à Napster. Une attitude qui leur a d’ailleurs valu une certaine impopularité à l’époque. Napster décide cependant de faire le dos rond et accepte de bannir quelques 300 000 utilisateurs qui auraient téléchargé des chansons du groupe. Mais cela reste bien évidemment insuffisant et l’année 2000 sera plus que mouvementée pour Napster.

Shawn Fanning licence Eileen Richardson et nomme Hank Barry à sa place. L’homme est un actionnaire de Hummer Winblad, une compagnie qui va injecter 15 millions de dollars dans la société. Une belle somme qui permet à Napster d’engager l’avocat star David Boies pour défendre ses intérêts. Si ce nom reste inconnu en France, précisons que Boies est l’homme qui a triomphé de Microsoft lors du fameux procès anti-trust qui s’est déroulé entre 1998 et 2000. Mais les talents de Boies ne furent pas suffisants : le 5 mars 2001, la Cour d’Appel américaine fédérale pour la neuvième division ordonne à Napster de couper ses services, ce qui sera fait au mois de juillet de la même année. La société accepte de payer une amende de 26 millions de dollars pour les violations de droits d’auteurs de ces deux dernières années. Bref, la fin est proche. Napster va pourtant survivre à travers divers rachats et tentatives de redorer son blason.

La déchéance

Au printemps 2002, la compagnie teste « Napster 3.0 » en version Alpha, une nouvelle plateforme de téléchargement payant et sécurisé. Mais les licences tardent à être accordées et cette solution est abandonnée. Etonnamment, plusieurs sociétés se battent alors pour acquérir un Napster au bord de la banqueroute. Après une offre de 2,43 millions de la part de Private Media Group (un des géants de l’industrie pornographique américaine), c’est finalement Roxio qui rachète la société de Shawn Fanning en mai 2003. 

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
12 commentaires
    Votre commentaire
  • nquere
    Chuis resté sur ma fin là :/
    -1
  • pocchami
    Ca tombe bien, c'est pas la fin
    0
  • samadhi69
    Article très intéressant, merci !
    0
  • flotintin59
    Sympa l'article ... ça rappelle des bons souvenirs !!
    0
  • collinmic
    trop envie d'avoir une suite à cet article... j voulais cliquer sur la page suivant mais y a plus...

    très bien rédigé en tout cas!
    0
  • charlyoleg
    Très sympa l'article, j'attend la suite avec impatience.

    Cependant je note une pierre manquante à l'édifice du "piratage" :
    En effet, le direct download, qui revient à la mode avec les rapidshare, megaupload & co, a connu son heure de gloire avant l'arrivée des plateformes P2P propriétaires Napster et Kazaa. Souvenez vous des nombreux sites de warez qui permettaient de télécharger certes des MP3, mais également jeux et applications !
    0
  • Exoseth
    Anonymous a dit :
    Chuis resté sur ma fin là :/


    La suite au prochain épisode comme on dit. :)
    0
  • darkpirater
    Lol!! The piratebay a fermer ces portes?

    Piratebay fermera jamais ces portes.Ils ont acheter une plateforme au milieu du Pacifique ou il n'y a aucune regles.

    Google a poursuivi Piratebay pour 10millions.Google a perdu car il n'y a aucune regle en plein milieu de nulle part.
    0
  • Exoseth
    Anonymous a dit :
    Lol!! The piratebay a fermer ces portes?

    Piratebay fermera jamais ces portes.Ils ont acheter une plateforme au milieu du Pacifique ou il n'y a aucune regles.

    Google a poursuivi Piratebay pour 10millions.Google a perdu car il n'y a aucune regle en plein milieu de nulle part.


    Non mais ça c'est une légende hein.

    Ils ont tenté d'acheter Sealand mais sans succès. Pareil pour cette pseudo ile du Pacifique. :)
    1
  • charlyoleg
    Oui bien sûr, d'ailleurs ils ont fait la manche au carrefour en bas de chez eux pour obtenir les 750 millions de dollars demandés pour sealand.
    0
  • Dimitri Charitsis
    Chers lecteurs,

    la seconde partie de ce dossier fleuve consacré au piratage vient d'être publiée : http://www.infos-du-net.com/actualite/dossiers/205-piratage-p2p-histoire.html

    Bonne lecture
    0