Dix ans de chasse aux pirates : que reste-t'il de Napster ? (3 sur 3)

Mutation des habitudes

Une loi Hadopi insuffisante et bourrée de défauts, une contribution compensatoire pour contrebalancer ces faiblesses, le peer-to-peer en baisse, l’écoute de musique en ligne et le direct download qui explosent… Le visage du téléchargement illégal et de ses détracteurs évolue, doucement, mais fermement. Impossible de nier que le piratage reste un fléau, mais impossible également de nier l’évidence quant à la mutation profonde de nos habitudes de consommation ces dernières années.

 Un nouveau piratage

À l’heure de la dématérialisation à tout va (VoD, iTunes, Deezer, Steam…), la justice se doit d’ouvrir les yeux : enrayer le piratage pour de bon est impossible. Agir par la force n’est que rarement couronné de succès. La solution ne se trouve-t-elle pas dans la mise en place de moyens alternatifs et légaux pour profiter d’un bien culturel ? Un forfait mensuel pour écouter de la musique en streaming ? Les internautes y semblent encore peu enclins, en témoigne un récent sondage précisant que seuls 28% des Français seraient prêts à débourser quelques euros pour profiter des derniers tubes. Mais le succès des offres gratuites ou des micros-paiements proposés par iTunes tendent à prouver que la dématérialisation est une voie d’avenir. Profiter gratuitement, et rapidement, d’une œuvre culturelle numérique est aujourd’hui bien plus simple qu’il y a dix, mais peut-être de moins en moins illégal. La descendance de Napster est donc bien vivace, reste à voir si le grand père peut-être fier de ses petits-enfants…

De Napster à Pirate Bay : dix ans de chasse aux pirates (1 sur 3)
Dix ans de chasse aux pirates : l'internaute pour cible (2 sur 3)

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
4 commentaires
    Votre commentaire
  • Vermoute
    Citation:
    Participer à la rémunération des artistes via le coût d’un abonnement : voilà une piste relativement inédite

    Ça fait longtemp que cette idée est sortie !

    Citation:
    Les linkers dans le collimateur

    Les bricolos ont pas le choix si il veulent utiliser des programmes persos !
    Au constructeur (ici nintendo) de trouver une solution qui ne facilite pas le piratage mais qui permet d'utiliser ses programmes !
    3
  • Anonyme
    Maman j'ai peur... :S
    -2
  • Anonyme
    Nintendo DS et WII : facile à pirater ==> numéro 1 des ventes et profitabilité maximale
    XBox : piratable ==> équilibre des comptes
    PS3 : Non piratable ==> déficit des comptes

    Bref, qui a dit que le piratage ça ne rapportait rien ?
    2
  • toto29620
    pareil pour la psp go, je doute que sa soit le fait qu'il n' y ait pas de lecteur umd mais tous simplement parcequ'elle n'est pas (encore ) crackable
    0