7 notebook et netbook à moins de 500 €

Compaq Presario CQ60-115EF

En septembre 2008, HP a renouvelé son entrée de gamme. Le constructeur mit alors sur le marché le Compaq Presario CQ50-105EF à 399 €. Un peu plus d’un mois plus tard, une évolution de cette machine apparue sur le marché. Le Compaq Presario CQ60-115EF apportait quelques améliorations techniques pour être plus performant sous Windows Vista, le tout pour 100 € de plus que le CQ50.

Meilleures performances d'entrée de gamme

Comparé à son aîné, le CQ60 opté pour un processeur double cœur, le Pentium T3200 cadencé à 2 GHz. Il s’accompagne ici de 3 Go de mémoire vive en DDR2 contre 2 Go sur le CQ50. Dernière différence entre les deux machines d’HP, l’écran. Sur la première évolution, on trouve une dalle de 15,4 pouces (1280 x 800). Le CQ60 arbore, quant à lui un écran de 15,6 pouces au format 16:9 qui affiche une résolution de 1366 x 768, plus agréable pur regarder des films.

Étant sur un modèle de grande taille, HP n’a pas hésité à intégrer un lecteur optique à sa machine. Un graveur DVD double couche a été choisi pour cet emplacement. Le stockage est confié à un disque dur Hitachi de 160 Go. Cet élément contribue d’ailleurs au score PCMark de ce portable. Avec 3982 points, c’est le plus performant de ce comparatif. La partie graphique est, quant à elle, occupée par un GMA d’Intel, mais pas n’importe lequel. Il s’agit du X4500M HD, un modèle plus puissant que les GMA945. D’ailleurs, on a pu s’en rendre compte lors des tests en jeu. Sous Hidden&Dangerous 2, le CQ60 remporte la palme de ce comparatif avec une moyenne de 30 images par seconde. Une belle performance qui, malheureusement, ne lui sert à rien avec les jeux récents, beaucoup trop gourmands en ressources 3D.

Le son Altec Lansing ?

Par contre, ce portable se débrouille bien en lecture vidéo avec une dalle brillante qui ne donne pas ici de couleurs plus éclatantes, mais remplit son office au niveau du contraste qui se trouve amélioré. Néanmoins, il ne faut pas avoir peur des reflets, car c’est le souci de ce type de dalle qui ne supporte pas la lumière. Une prise HDMI permet également de brancher l’ordinateur à un écran externe. Pour le son, on a affaire à un système 2.0.  Celui-ci est estampillé Altec Lansing, un fabricant connu et reconnu dans son domaine. Cependant, sur le modèle d’HP, ses enceintes sont un peu criardes. Trop d’aigus et saturation avec le volume au maximum. Le rendu reste correct sans être inoubliable.

Bien mais grand

Le CQ60 adopte un pavé numérique grâce à sa large taille. Les touches de ce dernier son plus étroites que celles du clavier AZERTY qu’il jouxte. La frappe est agréable avec une course qui ne fatigue pas les doigts et permet une bonne précision. On retrouve comme d’habitude un bouton pour désactiver le touchpad. Situé au dessus de celui-ci, il évite la combinaison entre la touche fonction et une autre. 

On est donc bien loin des netbooks. Les fonctions annexes sont légion sur un tel modèle de portable, mais pour en disposer, il faut faire des concessions. Ainsi, ce portable est grand et pèse 2,8 kg. Ce n’est pas le plus pratique à transporter. Son autonomie de 2 h 41 est la plus haute mesurée parmi les portables « classiques » de ce comparatif. Tout en rondeurs, la finition de ce portable est lisse au touché. En deux tons, gris et noir, le CQ60 est sobre, mais pas le plus chic.